sémeac évasion vtt
Se connecter
INFOS

Téléchargez votre bulletin d'adhésion 2018 en cliquant ici

 

 BRM 200 & BRM 100 Audax le samedi 17 mars 2018 au départ de Séméac

météo
Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus

Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

VTT EVASION dimanche 24 juillet - par Evasion VTT

Dimanche 24 juillet

 

Un dimanche au Bergons,

 

Dans le brouillard épais on distinguait 5 vététistes sur le col de Couraduque. Après un café et quelques madeleines nous prenons la direction du refuge du Haugarou et la montée jusqu'au col de Spandelles.

Là-haut des cyclistes se regroupaient avant de filer sur Ferrière, preuve que ce col est toujours prisé par les amateurs. Pour notre part, le but était de chercher une nouvelle piste apte à nous ramener dans la vallée du Bergons. Le brouillard s'étant dissipé nous avons pu éviter les belles digitales ornant les chemins mais point d'issues nouvelles, nous devons emprunter le sentier classique bien connu par Michel M et c'est un régal vers les belles granges restaurées le long du ruisseau Bergons. Retour sur le goudron sur 2 kilomètres et nous attaquons le col du Couret, longue ascension. Emportés par notre fougue, par erreur ou par hasard nous arrivons au col de Liar, on profite bien du site et par le même chemin nous redescendons jusqu'au lieu de notre erreur et de nouveau grimpette pour atteindre le Couret ; là, nous sommes tout près de nos voitures, mais nous décidons de prolonger l'escapade vers Gaillagos, bien avant l'entrée du village nous obliquons à droite pour atteindre les granges des Aguses. Il nous reste 1.5 kilomètre pour arriver à Couraduque par la voie classique. Au final, cette journée nous aura vu franchir, pour être humble je dirai, trois cols et un faux col avec 992 mètres d'ascensions cumulées sur 34 kilomètres et surtout beaucoup d'allant et de volonté de la part des belligérants (e).

 

                                            SM

 

Publié le 25/07/2016 @ 15:07  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion - par Evasion VTT

Dimanche 16 juillet

 

 

Quand papi t'amènera,

 

Petit Louis, tu verras, quand papi t'amènera, tu seras d'abord ébloui par le panorama qu'offre nos montagnes en arrivant proche de Bagnères, ces montagnes qui sont un peu tes racines, celles qui t’empêcheront souvent de quitter le pays.

Quand papi t'amènera par la hêtraie des Coumes et empruntera la partie haute du col du Sarrat de Gaye, tu seras dépaysé dans ce site naturel où les vaches ont la fibre corrida pendant les mois d'été... puis, après une descente majestueuse il faudra attaquer les terribles pentes de Beyrède que tu quitteras pour passer par les sapins d'Esgratails et rejoindre la carrière de marbre où un mince filet d'eau fraîche te fera reprendre des forces le regard tourné vers les premiers lacets du col d'Aspin que tu suivras sur 1500 mètres avant de retourner vers le lac de Payolle et ses eaux vertes.

Tu sais aujourd'hui, papi est tombé, mais il était à l’arrêt et il avait choisi un carré d'herbe tendre parsemé de fleurs " même pas mal " qu'il a dit. Tu le suivras encore par le Clot des Artigous et les cabanes de la Hosse.

Arrivé sur la dernière rampe de la Hourquette d'Ancizan, papi a cherché vainement des encouragements inscrits sur la route à l'occasion du tour de France passé là dernièrement - allez papi - mais la peinture était fanée et une seule idée lui trottait maintenant dans la tête : c'était, avec ses 5 compagnons de vite redescendre vers son biberon de liquide moussu bien calé dans une glacière.

 

                                          SM

Publié le 18/07/2016 @ 15:00  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT évasion dimanche 9 juillet - par Evasion VTT

Dimanche 9 juillet

VTété,

 

Danièle a réussi à échapper à un bûcher dressé en son honneur dans un château cathare mais la flamme du bourreau a laissé des traces sous sa plante des pieds … et  ce matin  elle ne peut pas pédaler !

Nous voici 3 au départ du RDV dominical. Nous irons où le vent nous porte.  Nous laissons Séméac dans la grisaille et mettons cap à l’Ouest.  Après la côte d’hibarette  nous franchissons  le « col d’Adé » qui ouvre la porte de Toulicou et  une piste en sous-bois .   Le franchissement de passages encore boueux amuse la galerie et les cathares rient.  Nous on gars-l’air  car il fait déjà chaud sous la voute des sapins qui peuplent cette partie du bois d’Ossun.

La traversée du village nous conduit au pied du poilu puis celui d’une chapelle. Bientôt la messe sera dite mais auparavant il faudra emprunter d’accueillants chemins herbeux  franchis « en prise ». Déjà se présente Azereix   et son chenil  où nous abandonnons un méchant taouas , un cas tare.

A la sortie du village alors que mes compagnons  se  la coulent douce se présente un chemin à caillasse épaisse  dont le franchissement impose du braquet et du nerf.  Michel  renifle déjà  son pastaga bien frais quand « la machine » met en route … alors que les mouches restent colées au goudron fondant au soleil revenu, nous décollons  l’aiguille du compteur …  fair play, Michel nous  laisse prendre deux petits relais  de biais pas frais … ouf, la capitale de la Bigorre est atteinte et sans dépasser les 50 kmh les cousins rallient séméac  désormais sous le feu du soleil revenu  pendant que Danièle, les pieds dans une bassine d’eau  aperçoit le retour de deux vététistes qui  bouclent un circuit de « parfaits ».   

mm 

 

 

 

Publié le 10/07/2016 @ 16:24  Prévisualiser  Imprimer l'article

Une journée au Bastan - par Semeac Evasion

UNE JOURNEE AU PIC DE BASTAN

 

 

          Quelques coups d’essuie-glace effacent les traces d’un vilain brouillard qui nous suit depuis Séméac. La journée s’annonce mal mais, comme bien souvent en montagne, la couche nuageuse d’abord jaunit, puis  s’éclaircit et le soleil radieux apparaît lorsque nous montons la rude pente du col du Portet.  Au col, une vue splendide s’offre à nous. Nous avons percé l’épaisse  mer de nuages couvrant la plaine. Déjà des voitures au petit parking, nous ne serons pas seuls. Rapidement nous prenons le GR 10 qui serpente dans d’immenses prairies et qui commence par descendre de quelques dizaines de mètres, mètres qui couteront chers ce soir. C’est le domaine des grands espaces, celui des vaches et des moutons. Pas un arbre, pas un buisson de genévrier, rien que des prairies. Dommage, quelques remonte-pentes défigurent le site. A écouter les meuglements des nombreux troupeaux, nous comprenons que  les bêtes apprécient cette herbe nouvelle et fraîche. Nous dominons un instant le magnifique lac de l’Oule d’un bleu sombre, presque noir et pénétrons dans une zone plus boisée. Les lacs se succèdent, tous plus beaux les uns que les autres. Lac Inférieur, du Milieu, Supérieur, que de bien vilains mots pour ces joyaux si purs ! Au passage, nous jetons un regard sur le minuscule refuge de Bastan, camouflé sous des pins torturés.

      La marche devient plus délicate après le refuge. Nous prenons enfin un peu plus d’altitude. Devant nous, depuis longtemps, se dresse notre splendide pic de Bastan, impressionnant de raideur vu des Crambès de Bastan. Le sentier s’est durci pour nous déposer au large col du Bastanet qui nous offre une vue sur tous les lacs vers le Campana. Sans trop de repos, nous attaquons la très rude montée jusqu’à un promontoire, au pied du  sentier terminal qui demande un pied sûr et un minimum de précautions. Nous nous  engageons dans la goulotte. Facile par temps sec mais pas question de trébucher ici. En quelques rebonds sur la paroi, nous serions vite dans le lac de la Hourquette en contrebas. Sébastien, qui découvre là un autre aspect de la montagne, plus rude, plus exposée, se comporte comme un vieux chevronné.  ‘’Même pas peur’’. A la sortie de la goulotte, il faut quand même y mettre les mains et avec précaution car, ici, le rocher est parfois en kit. Quelle récompense au sommet, quel panorama sur 360 degrés. Tous les grands monts sont là avec encore beaucoup de neige. Le Néouvielle, avec ses arêtes, est particulièrement photogénique, le Balaïtous et tant d’autres encore. On ne se lasserait pas de rester là mais il faut quand même rejoindre le promontoire. Si nos yeux sont pleinement satisfaits du spectacle vécu, nos estomacs réclament leur dû avec insistance. Quel bonheur de savourer alors le petit Ricard face à tant de beauté. Beaucoup de groupes arrivent et passent devant nous, mais peu s’aventurent plus loin.

      Au retour, nous goûtons aussi au plaisir de savourer au refuge une bière bien fraîche. Sa seule qualité fut d’ailleurs sa fraîcheur… Même sentier, mêmes petites remontées qui cassent les jambes et nous voilà revenus au parking du col de Portet mais que le retour me parut  long. Magnifique journée qui nous a donné des idées pour un circuit Montagnol un jour de septembre.

                                                                               G  H juin 2016

 

Publié le 05/07/2016 @ 09:39  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT EVASION dimanche 3 juillet - par Evasion VTT

Dimanche 3 juillet

SE-xy ou SE-xit  ?

4 vététistes au départ ce matin. Pas de radio. Le circuit proposé est celui de la rando organisée  dimanche dernier par le comité des fêtes à l’exception de la montée  impossible du bois de La Barthe remplacée par la côte routière.

Le tracé emprunte un terrain qui ne nous est pas inconnu. Ousse par-ci, Arrêt Darré par là, Bois de Laslades,Bois de Sarrouilles, Bois d’Aureilhan.  En chemin de nombreuses rencontres … vététistes, marcheurs et des fléchages au sol qui ne laissent pas de doute : nous sommes sur les sentiers de la guerre. Rando à  Séméac, Rando  à Lhez, Rando à Aureilhan...

A Souyeaux nous croisons deux marcheuses sexy qui troublent mon GPS et en l’absence de radio guidage le retour sur le bon tracé impose de franchir la côte exigeante de Hourc que « la machine » avale avec  la facilité d’un boa affamé suivi de peu par le cousin constrictor.

La bonne humeur  du jour est décuplée par le franchissement de quelques gués dont certains ne sont plus qu’amas de cailloux … ici il faut saluer  Eric G qui, dans la lignée d’un autre Eric, perpétue la tradition des Princes des  Gués. Son franchissement de l’Alaric au pied de la côte de Sarrouilles fut un jaillissement de deux colonnes d’eau de part et d’autre de son VTT qui, boueux avant le franchissement,  fut le seul vélo du jour propre comme un sou neuf !

Retour dans la capitale des limaces après 35 kms de décrassage dans  de boueux passages au son d’un fort message :  paroles de référends d’hommes crottés et peu SE-xy,   c’est pas demain qu’on  jouera à SE-xit !

mm

 

Publié le 03/07/2016 @ 17:09  Prévisualiser  Imprimer l'article

CYCLOS à PAGOLLE - par Evasion CYCLOS

Samedi 25 et Dimanche 26 juin à Pagolle

 

                                                                            

 

De la Pierre St Martin à Gibraltar...

(traduction en français après le texte en basque)

Aurtengo udan club irteera Pagola ospatu zen Euskal Herrian Bautista eta Danielle Guilento at. Gonbidatuak warmly ongi etorria baina eguraldi lainotsua da, eta programa Pierre St Martin gorakada muina eta arinagoa kirol spree besteentzat eskaintzen. aipatutako lehen talde baterako, da bi ibilgailu ere gizon eta materiala garraiatzen gisa Lanne Baretous ere Montori eta Arette arteko. hasiera euritan da eta lehen kilometro busti gara. Paradoxikoki, en Arette dena hasten ... laino gutxi da Philippe bereiztea komeni da, mordo, nekagaitza txirrindulari gazteena, ona da lur edozein, ez André, egia eskalatzaile bat aurkitu geroago baina bere Chris Froome erritmo du inor barre, Claude, pista fisiko racer bat plater engranajeak handienetako tiraka gai da, oso ondo doa, gainera pasatzen tenperatura ez da oso handia bada, hemen dira bakarti Rémy asfalto-jatea, irakurtzen bere Odometroa metatutako beldur baina, hala edonon egingo, jarraitu Jean Pierre, dotore, egoera guztietan duten ikastaro luze eta zaila maite esteta baten, badira ere Serge, klubaren azken kidea, ausarta, uko edo inoiz kexu, Guy, atleta bat dela inork ez dezake esan zuen inoiz bere gurpila pairatu zirkuitu bumpy, Baptiste, euskara real, gogorra, sendoa eta ausarta, nola kenduz auto-laguntza gidaria presentzia, Michel, gaur jarduera resumption break luze baten ondoren, izan zen bere elementu erronka kalkulua gabe eta erreserba gabe zuen bezain laster, errepidea igotzen da eta, azkenik, zure zutabegile gisa zerbitzua, batzuetan aurrealdean baina askotan atzean, agian hobeto pista eta erlazionatzeko gertaerak. Moulines herrian From ondo izendatu igoerako erritmo pedaleo aldatu dugu 19 km lainoa eta zirimiria baina galtzada baten gainean zabal eta berria shoed da.

On goiko lau castaways aurkitu isolatu lainoarekin eta hotz hasi beraiek, bere berokia honako autoa aurkitu ... etorri ... nonbait mendietan gainetik. Bautista zatitzea biziraupena moduan barne bat, telefono dei bat segurantza eman digu, erreskatea antolatzen da atea Just aurretik, bi izoztuak calfeutreront bestea, berriz, autoan da, k-era lodiera bikoitzean izango behera mina. Michel iritsi behean, eskuzabala parte hartzaile guztiei edari beroa eskaintzeko. Pagola A argia da, gure zapatak egosten poliki-poliki, berriz, eskuan baso bat ardo indarrak telebista ikusten hartuko dugu. J Pierre, Monique Rémy eta André erakutsiko bitartean bidean atzera bere betebeharrak bermatzeko gutako batzuk joango dira eta fetch tokiko ekoizle batetik gazta horrek bere negozioa bukatuko dira gutxi batzuk hamaiketakoa gidatuak ondoren astuna erlojuari zentzuduna, dosi ez dira Europako estandarrak eta gure lagun alaitasun begiak distiraz beteta itzuliko da. Baptiste bere mantala jantzita eta espezialista plancha onean prestatzeko denbora errekor batean bazkari bat prestatuko dugu denbora da, arratsaldean ez du arrastatu ere bihar proba berriak aurretik delako

Biharamunean Jacques zen nor da zeremonia, betiere bere diesel motorra zirkuitu beldur buru, orain eskainia dago gai historiko nahasten jatorrizko ibilbideak concoct, Françoise Michelle, Danielle eta seme gazteena, berriz, Philippe joan dibertitzeko Ausquich lepoaren behealdean aurkako muino berdeen buru Huart-Mixe eta Donibane Garazitik Christian, lagunduta bidean dugu orain zaharrena, askoz esperientzia, beti bere bizikleta profilean . autopista eskubidea Izura muino txiki igoko dugu buelta kilometro gutxi batzuk egin ondoren, 3 km% 7 bataz iritsi Peter tratua izatea gurpil blokeatzeko bere aita-lerroa zeharkatu lehenengo urtean bere kamiseta eder txirrindulari kadeteak Tarbes. Denbora da guretzat Jacques Kultur minutuko gertu St Palais Gibraltarreko estela bidez joan, da batez ere, estela, bertan Gibraltar lotutako izenean jakin nahi zuen iragarriko? ez dugu erantzuna oraintxe. Izan ondoren interneten ere Gibraltar mendixka batean emandako izena da: Hill St Salbatzailea Xibalterré euskaraz, kontuan izan behar da estela hori hiru errepideak Compostela liderra elkargunean dago. du erretegiak ona ondoren, atseden pixka bat, gutxi kafetegi bat, gure Danielle Baptiste esker eta asteburu eder hau dagoeneko amaitu da, denbora gure France txoko berreskuratu non zoriona halaber loratzen da.

 

SM

Pour celles et ceux qui ne parlent pas basque  :

Cette année la sortie club d'été avait lieu à Pagolle dans le Pays Basque chez Baptiste et Danielle Guilento.

Nos hôtes nous accueillent chaleureusement mais le temps est au brouillard, et le programme prévoit l’ascension de la Pierre St Martin pour le noyau dur et une virée sportive plus légère pour les autres. Pour le premier groupe cité, c'est à bord de deux véhicules que les hommes et le matériel sont transportés à Lanne en Baretous entre Montory et Arette. Le départ est donné sous la pluie et nous sommes mouillés dès les premiers kilomètres. Paradoxalement c'est à Arette que tout commence... Dans la brume on peu distinguer Philippe, le plus jeune du peloton, passionné de cyclisme, il est bon sur tout les terrains, il y a André, un authentique grimpeur découvert sur le tard mais son allure à la Chris Froome ne fait rire personne, Claude, un physique de pistard capable de tirer les plus gros braquets sur le plat, il passe aussi très bien les cols si la température n'est pas trop élevée, voici Rémy le solitaire bouffeur de bitume, la lecture de son cumul kilométrique fait peur mais cela lui permet de passer partout, suivra Jean Pierre, élégant en toutes circonstances un esthète qui adore les parcours longs et difficiles, il y a aussi Serge, le dernier adhérent du club, courageux, ne renonce ni ne se plaint jamais, Guy, un athlète dont personne ne pourra dire qu'il n'a jamais souffert dans sa roue sur des circuits bosselés, Baptiste, un vrai basque, costaud, résistant et vaillant, comment omettre la présence du chauffeur de la voiture d'assistance, Michel, aujourd'hui en reprise d'activité après une longue interruption, il aurait été à son affaire lui qui attaque sans calcul et sans retenue dès que la route s'élève et enfin votre chroniqueur de service, parfois à l'avant mais souvent derrière, peut être pour mieux suivre et relater les événements. A partir de Moulines lieu dit bien nommé nous changeons de rythme de pédalage toute la montée des 19 km se ferra dans le brouillard et le crachin mais sur une chaussée large et neuve.

Au sommet quatre naufragés se retrouvent isolés dans la brume et le froid, leurs vêtements chaud se trouvant dans la voiture suiveuse... qui les précède... quelque part dans la montagne. Juste avant que Baptiste ne fracture la porte d'une bergerie en mode survie, un coup de téléphone nous rassure, le sauvetage est organisé, deux des congelés se calfeutreront dans la voiture pendant que les autres, sous double épaisseur de k-way feront la descente dans la douleur. Arrivés en bas Michel, généreux offrira une boisson chaude à tous les participants.

A Pagolle le feux est allumé, pendant que nos chaussures cuisent doucement, un verre de bon vin à la main nous reprenons des forces devant la télé. Alors que J Pierre, Monique, Rémy et André reprennent la route du retour pour assurer leurs obligations quelques uns d'entre nous s'en vont quérir du fromage chez un producteur local lequel ne conclut ses affaires qu'après quelques tournées d'apéritif, le gars à le poignet lourd, les doses ne sont pas aux normes européennes et nos amis rentreront pleins de gaieté les yeux brillants. C'est le moment pour Baptiste d'enfiler son tablier de cuisinier et en bon spécialiste de la plancha il nous préparera un repas en un temps record, la soirée ne s'éternisera pas trop car demain de nouvelles épreuves nous attendent.

Le lendemain c'est Jacques qui est chef de cérémonie, longtemps redouté sur les circuits avec son moteur diesel, il se consacre désormais à concocter des circuits originaux mêlés de thèmes historiques, pendant que Françoise, Michelle, Danielle et le plus jeune des fils de Philippe partent gambader sur les vertes collines en contre bas du col d'Ausquich nous filons vers Huart-Mixe et St Jean-Pied de Port accompagnés par Christian, aujourd'hui le plus ancien, beaucoup d'expérience, toujours bien profilé sur son vélo. Après quelques kilomètres sur la grande route nous prenons à droite pour escalader le petit col d'Ostabat, 3 km à 7% de moyenne, arrivés en haut Pierre ayant pris soin de se caler dans la roue de son père franchi la ligne le premier dans son beau maillot des cadets du Tarbes cycliste. C'est le moment pour Jacques de nous annoncer la minute culturelle, il veut passer par la stèle de Gibraltar tout proche de St Palais, il est surtout intrigué par le nom de la stèle, quel rapport avec Gibraltar ? nous n'aurons pas la réponse dans l'immédiat. En fait après consultation sur internet Gibraltar est le nom donné à une colline voisine : la colline St Sauveur, Xibalterré en basque, il est à noter que cette stèle se trouve au confluent de trois chemins menant à Compostelle.

Après les bonnes grillades, un peu de repos, quelques cafés, nos vifs remerciements à Baptiste et Danielle, ce beau week-end se termine déjà, il est grand temps de retrouver notre coin de France où le bonheur fleurit aussi.

 

                                    SM 

 

 

Publié le 01/07/2016 @ 19:36  Prévisualiser  Imprimer l'article

Evasion sur tous les fronts : ouik du 25 et 26 juin - par Evasion

samedi 25 et dimanche 26 juin

Evasion sur tous les fronts !

 

Voilà......

Le chroniqueur sportif habituel de la Section VTT est absent aujourd'hui, il participe au week- end proposé par le club à Pagolle  chez baptiste et Danielle Guilento .

La rubrique sera donc différente mais assurée.

Les vététistes étaient 2 ce matin au départ, ils représentaient quant à eux le club à la randonnée VTT organisée par la Ville de Séméac. Ils étaient accompagnés de 2 marcheuses dont une a  essuyé une chute sans gravité.

Samedi 5 cyclos se retrouvaient au départ devant la Mairie de Séméac à 13H30.

D'autres membres du club faisaient la sortie dominicale "Cyclo décrassage".

D'autres encore se reposaient d'un séjour montagne bien rempli en Espagne.

La diversité des activités est dirigée et encouragée par le Président et les responsables d’activités qui méritent une grande "ola".

Voilà, "le Séméacévasionbrexit" n'est pas pour l'année prochaine.

 

DM

Publié le 26/06/2016 @ 21:28  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 19 juin - par Evasion VTT

Dimanche 19 juin

Les plaisirs de la descente,

 

Comme souvent pendant ce mois de Juin, le temps est incertain et nous décidons donc de partir vers la plaine où les nuages paraissent moins menaçants. Les cinq cyclistes descendent facilement le long de l'Adour jusqu'à Bours puis traversent la plaine jusqu'à Oursbellile et Gayan. A la recherche d'un chemin effacé nous voici à l'entrée de St Lézer, il est temps de penser au retour, mais cette fois l'itinéraire sera moins aisé, pour se mettre en appétit il y a d'abord cette belle montée régulière et longue dans les bois de Montaner puis en suivant la crête nous passons tout près de l’abbaye de Tarasteix silencieuse et endormie au milieu de ses chênes centenaires. Une fameuse descente nous est proposée, très technique, chaotique, fantastique et même érotique puisque arrivés en bas, les derniers arrivés déclarerons s’être couchés  et d'autres se plaindrons de violentes douleurs dans les reins...Pour nous remettre les idées en place on arrive très vite au pied du "raidar" qui nous dirige vers le Chemin de la Bouderie où tout le monde fait maintenant la gueule. Sans changer de cap nous pénétrons dans la paisible forêt de Pintac que nous suivront jusqu'au sommet de la côte jaune que nous dévalerons encore avec plaisir en évitant les nombreux pièges surtout en partie basse. Le bois du Commandeur et la plaine tarbaise nous servirons de décor pour clôturer cette longue et belle sortie.

 

                              SM

Publié le 20/06/2016 @ 11:10  Prévisualiser  Imprimer l'article

RALLIMIMI 2016 - par Semeac Evasion

            LE RALLIMIMI 2016

 

 

Le pied sur l’accélérateur et réglé pour garder une vitesse juste suffisante pour passer la seconde et maintenir une vitesse voisine de 20 km/h, nous faisons le rallimimi, où la puissance des cerveaux est plus utile que les chevaux sous le capot des autos. Seuls les conducteurs gardent un œil sur la route et ses pièges, les autres, aux aguets, cherchent sur les rives, soit une chapelle, soit une plaque commémorative, soit on ne sait pas quoi, mais ils cherchent. D’autres, pendant ce temps, tentent de résoudre une énigme hasardeuse, tirée par les cheveux et concoctée par le cerveau filou de la maitresse de l’épreuve.

Bref, revenons au début. Ce dimanche 11 juin à 9 h précises, quatre équipages sont rassemblés autour de quatre voitures prêtes à faire péter leurs chevaux.

Mimi alors, solennelle, remet à chacun une large enveloppe où se cache le tracé de la course, nous explique les règles du jeu et lâche les concurrents. Dès l’ouverture de ces enveloppes, nous découvrons vite que le français pur n’est pas tout à fait la langue officielle du règlement. Mais, bien vite nous nous adaptons à ce langage quand nous comprenons que Piétat s’écrit pitié, que tango veut dire Angos et que gnaque est synonyme d’Orignac.

Tout le monde passe sans trop de soucis au golf de Bagnères dessiné sur la commune de Pouzac (rendons à César….) mais là, les choses se compliquent. Nous devions rejoindre le village suivant que nous pensions, en toute logique, être Pouzac ou Trébons afin de découvrir qui était Claude Duclos ???? Quelques équipages tournent dans ces deux bourgs. Nous demandons qui est ce Claude, illustre personnage qui devrait être connu de tous. Une grande cérémonie commémorative rassemble tout ce que le village compte de vieux habitants, y compris le vénérable  porte-drapeau qui nous explique qu’il y a bien un Jacques Duclos (nous connaissons) mais pas de Claude. Bizarre, vous avez dit bizarre.

Heureusement que, dans les enveloppes, il y avait des roues de secours c’est-à-dire des petits papiers fermés qui, ouverts et fort pénalisant en nombre de points, nous donnaient la solution. Là, je parle de l’équipage 1 qui ouvrit à regret ledit papier et qui s’aperçut que Claude était un prénom féminin, que c’était une illustre  écrivaine et qu’elle était archi connue à  Gerde. Ils doivent encore rire  à Pouzac.

Passons les détails des péripéties diverses et variées qui suivirent et revenons à la course.

Jacques T. au demeurant fin connaisseur de la Bigorre, découvre rapidement que le lieu de rendez- vous pour le casse- croûte n’est autre que Gripp. Alors, soudain, tout va mieux. Quoi qu’il arrive, nous ne mourrons pas de faim au bord d’une route perdue, dans un paysage  inconnu. Et c’est effectivement là que tous les équipages se retrouvent, ou presque. Il en manque un. Lequel, nous le tairons. Les estomacs qui  n’ont jamais eu de sentiments humains, réclament leurs dus et c’est sans scrupules que nous ouvrons les glacières et faisons péter les bouchons. Nous oublions les soucis de l’épreuve et l’atmosphère tendue et studieuse se détend au fur et à mesure que le Ricard et les vins agissent doucement sur les cerveaux qui ont

 

 

 

 

frisé la surchauffe. La pauvre Mimi en prend alors plein les oreilles. « Tu es trop sévère, tu n’aurais pu, tu n’aurais pas dû, c’est trop dur ou trop machiavélique, ou, ou, ou. Pauvre Mimi, mais tu as bien compris que toutes ces critiques n’étaient que pour rire et qu’aucun de tes détracteurs n’aurait pu mieux faire. 

Après le fromage et avant le café, nous nous posons quand même la question : Faut-il déclencher les secours pour l’équipage manquant. Nous comptons et recomptons, il manque bien une voiture. Heureusement, elle arrive enfin. Elle n’y est pour rien la pauvre, pas de panne, pas d’accident, pas de réservoir vide, non tout simplement que son conducteur, mal conseillé par son équipage certainement, s’est perdu dans les nombreux méandres des routes tordues des Baronnies. Nous leur faisons confiance pour rattraper leur retard sans sacrifier le rite du Ricard et du repas bien arrosé.

Après ce joyeux et très agréable intermède, nous reprenons le boulot et repartons à la recherche des plaques, des pigeonniers, des maisons natales et même d’une châtelaine, oui, d’une châtelaine. Heureusement, après quelques détours et contours dans Bagnères, nous découvrons son château. Elle  est là, souriante du haut de son balcon, pas trop hautaine,  regardant  les manants qui venaient lui rendre visite. Elle nous remet alors un parchemin au style ancien mais tout à fait moderne dans son écriture, joliment ficelé par un fin lacet. Vivement ouvert, une note écrite en bon ‘’François’’  nous demande de sillonner les rues de son vaste domaine seigneurial afin d’y découvrir  les nombreuses plaques commémoratives de ses illustres sujets.

Ouf, le circuit s’achève après un passage à Ordizan, pardon lisons ’’ hors des ans ‘’ (subtil) et un retour au club où nous pouvons enfin nous détendre après ces épreuves éprouvantes. Après le dépouillement et l’annonce des résultats, chacun peut voir ses erreurs ou ses fautes impardonnables. Mimi a  la délicatesse de ne pas donner le classement, j’en suis le premier bénéficiaire. Un agréable et délicieux repas termine la journée fort bien remplie.

Terminée la journée dites-vous, que nenni. Avec quatre mots choisis on ne sait comment, nous devons écrire et interpréter une chanson. Quelle rigolade, Brassens n’a pas de soucis à se faire dans sa tombe, nous ne porterons pas ombre à son prestige.

Mimi, tout le monde te remercie de cette adorable journée. Nous sommes conscients du travail que sa mise en œuvre représente. Merci aussi à Christian pour l’aide qu’il a dû t’apporter.   Dommage qu’il n’y ait pas eu davantage de participants. Moi je dis que parfois, moins il y a de fous plus ou rit.

Une seule requête à te demander : Recommence l’an prochain. Bises de tous.

 

                                                                         G H 13 juin 2016  

Publié le 13/06/2016 @ 13:03  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion Rando Azereix 12 juin - par Evasion VTT

Dimanche 12 juin

 

Rando d'Azereix,

 

Accompagnés par deux invités, nous étions cinq du club à participer à cette première édition très bien organisée par Azereix. En arrivant sur l'aire de départ, nul ne pouvait ne pas voir les coteaux qui s'affichaient devant nous et sachant le dénivelé proposé par les circuits il était évident que la matinée allait se résoudre à déambuler sur les contreforts du plateau de Ger. Beau circuit la majorité en sous bois et dans les landes du terrain militaire. Le moment fort sera cette traversée sous l'autoroute par une buse métallique immergée par trente centimètres d'eau et dont la hauteur nous obligeait à retirer les dernières toiles d'araignées épargnées par les cyclistes nous précédent. Quelques frissons, pas très loin de l'arrivée lorsque Eric G réalisera une belle pirouette sur l'épaule gauche, vite relevé il renouvellera cette figure dix secondes après cette fois sur l'épaule droite, ayant choisi un terrain meuble il s'en tire sans trop de mal et nous pouvons joindre l'arrivée dans une ambiance festive et chaleureuse.

 

                                SM

Publié le 13/06/2016 @ 12:48  Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club

Derniers billets
Archives
01-2018 Février 2018 03-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

^ Haut ^