semeac evasion montagne
Se connecter
INFOS
météo

     Le mot du président

     Le CA

     Historique

     Programme & projets

     Calendrier des clubs

     Liens

     Presse

     Nous contacter

 

Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus

Tous les billets
DébutPrécédent10 pages précédentes [ 21 22 23 24 25 26 27 ] SuivantFin

Le Casque et La Plume - par EVASION VTT L\'écrivain masqué : feuilleton

Le casque et la plume

frown

Les tribulations vététistes à Séméac Evasion

                              

Dimanche 10 novembre 2013

Ce matin à 9h j'y étais , tout seul , avec beaucoup de vent et de la pluie.

"Même pas mal"

Dimanche 24 novembre 2013

  4 vététistes ce matin à 9 h:

Françoise , impatiente,

Les deux Michel , impassibles,

Moi même , imper méable,

Belle sortie réussie avec beaucoup de joie au retour,comme des Springboks vaincoeurs sur terrain lourd...

Dimanche 1 décembre 2013

Encore inspirés par la soirée "resto-chinois" nous nous retrouvons huit "pékins" au départ. Nous sommes satisfaits de voir arriver notre guide spirituel Pierre, le grand timonier.

Dès la traversée du bois de Labarthe G. jette l'éponge (givrée) et retourne à la maison s'emmitoufler dans son kimono d'hiver.

Nous grimpons les coteaux de Piétat puis c'est la traversée du "fleuve jaune" qui nous amène du côté d'Allier. Nous filons le long des rizières au bord de la voie ferrée.

A Hiis, incident technique, nous constatons que le fond de jante de Françoise est aussi plissé que le regard d'un vietnamien aux aguets, sagement nous décidons de rentrer, dirigés à la baguette par le grand timonier. Près de Bernac, nous prenons la direction du "pont de pierre" en l'honneur de notre guide. Aussitôt le pont franchi, nous nous trouvons au pied de la grande muraille de Chine que nous passons dans la boue, pour en finir.

A l'unanimité, les sorties hivernales, on ne peut plus les saké!!!

 

Dimanche 15 décembre

Dimanche matin, nous étions huit participants.

Pressés autour de Pierre qui nous explique, gestes à l'appui que nous allons monter et descendre,

passer par là et par ici . Rassurés, nous prenons la direction de la "plaine".

Dans notre jargon club , plaine ne veut pas dire plat....

En fait nous grimpons sur Orleix et par les crêtes rejoignons Pietat, descente dans les feuilles mortes sur Barbazan. Cap sur Allier pour arriver sur la côte que nous appellerons  désormais "Muraille de Chine", même en descente elle vous file la fièvre jaune. Nous passons Momères et Odos, retour par le petit chemin qui longe l'Adour entre Salles- Adour et Soues : surprise, nous sommes interpelés par un petit cerbère entouré de quatre chiens teigneux qui nous explique que le chemin est privé depuis cinquante ans ( à vérifier éventuellement, il ignore que nous avons nos entrées au Cadastre )

Ce petit incident n'a pas gâché notre sortie agréable et bien ensoleillée.

 

Dimanche 22 décembre 2013

Dimanche matin, direction les "Puyolles".

Cap au sud, soleil et petite gelée

Nous sommes sept au départ mais très vite nous nous retrouvons huit :

En effet un jeune chien en mal de compagnie se joint à nous.

Malgré nos menaces et nos ruses , il s'entête, au bout de quelques kilomètres

ce qui devait arriver arriva : l'un d'entre nous le percute accidentèlement ,

après s'être fait rouler sur la queue par ce froid, beaucoup seraient rentrés à la maison, le chien non ,il insista encore sur une bonne distance avant de capituler.

Les Puyolles : devant un panneau nous indiquant une chasse au gros gibier nous changeons notre itinéraire pour laisser place à la meute.

Il est plus facile d'éviter les chasseurs que leurs plombs...

Retour par Visker ( la belle descente ) puis Bénac et Hibarette avec sa terrible montée qui sera le dernier os à ronger.

Nous constatons qu'il est proche de midi , comme le dit si souvent Mario , il est temps de rentrer à la niche.

 

Dimanche 5 janvier 2014

Aujourd'hui, premier dimanche du mois de janvier.

Nous sommes six têtes couronnées à prendre la direction du plateau de Ger : Le bord de l'Adour, Lac de Bazet, Oursbelille, côte de la Montjoie et enfin le plateau de Ger.

C'est là que Michel P exprime le désir de " prendre les rennes " ???

Pierre A lui confie alors le brassard de capitaine de route et Michel qui connait très bien le secteur,

prend la tête de la troupe, on visite un peu, puis il nous entraine dans une descente vertigineuse qui se termine  dans un marécage :  même avec  Prudence n'y allez pas.

400 m à patauger dans un bourbier qui ne demandait qu'à nous avaler, vraiment un terrain propice à semer des fèves, la couche est bien compacte, onctueuse, épaisse. Il parait qu'en y roulant plusieurs fois dessus elle devient feuilletée.

Nous nous sommes comptés à la sortie, nous étions six encore, mais pas de la même couleur, nous filons vers la maison en trainant avec nous des couronnes de boue accrochées à nos pneus.

On ignore si le sort nous désignera, mais ce matin, les rois c'étaient bien nous.

Dimanche 12 janvier 2014

J'ai toujours été surpris par la double vie que peut mener le vététiste du dimanche:

A neuf heures le kamel back rempli d'eau fraîche, tenue moulante, casque et lunettes

pour masquer l'outrage des ans, il file vers les côteaux verdoyants.

Vers midi trente, toujours l'eau fraîche mais teintée au Ricard, vieux survêt à la taille élargie

les traits tirés, il s'endormira devant l'émission de Druker. Puis des nouvelles des petits enfants

avec   les conseils du sage" ne sortez pas sans les gants et le manteau "alors que quelques heures auparavant il dévalait les collines, sautait les ruisseaux et ne faisait rien pour éviter les flaques d'eau.

Plus tard dans la soirée, il se plaindra du mal au dos,- c'est normal avec l'âge  dit le docteur, à moins que ce ne soit cette mauvaise réception au bas d'un talus?

Oui je suis toujours étonné:  le matin solide comme un roc et le soir fouillant dans sa boite de médoc.

  Vivement dimanche qu'on recommence !

Publié le 13/01/2014 @ 21:37  Prévisualiser  Imprimer l'article

Une nuit au refuge - par GH

                            UNE NUIT AU REFUGE.

 

 

 

 

                                          Il était fort tard lorsque nous arrivâmes au refuge du CAMPANA du CLOUTOU. La nuit avait posé son voile depuis longtemps et ce n’est que grâce à notre parfaite connaissance des lieux que nous pûmes enfin franchir la porte de la bâtisse. Il y avait déjà beaucoup de monde dans la pièce centrale lorsque nous y apportâmes notre bouffée d’air glacial.

               Une soirée dans un refuge est toujours un spectacle admirable à contempler. Dans une pénombre incertaine, se meuvent d’étranges silhouettes bizarrement accoutrées. Tout ruisselle d’eau et le sol est couvert de neige sale et fondante. Les tables bancales croulent sous des sacs de victuailles, des cordes et des mousquetons. On ne peut que rester  béat d’admiration devant l’organisation des montagnards qui logent tant de choses dans des sacs si petits. Au centre de la salle se déroule un étrange spectacle. Autour d’un petit cercle s’agglutinent des êtres calmes et silencieux. Ils semblent prier ou protéger quelque chose. Au-dessus d’eux pendent des gants, des guêtres, des chemises et de longues lanières noires qu’ils appellent peaux de phoque. Tout cela accroché à des clous, des fils et autres becquets divers. Au centre de ce cercle, l’objet de tant de vénération est là : c’est une petite flamme pétillante et vacillante, c’est le foyer. Magie du feu qui attire les doigts gelés et remonte le moral des plus exténués. Au-dessus flotte un petit nuage odorant : c’est un très subtil mélange d’odeurs de sueur, de poils mouillés et de fumée de bois. Parfois même s’y ajoute un bon fumet de viande grillée. Ce sont des côtes d’agneaux qui grésillent sur quelques barres de fer posées à même la braise. Tout autour, en rangs serrés, des gamelles noires, sales et bosselées se réchauffent. Elles transforment en eau la neige hâtivement recueillie sur le toit du refuge. Sur les tables où ronronnent aussi quelques réchauds à gaz, des bougies emmanchées à de vieilles bouteilles, dispensent une maigre lumière. Elles n’éclairent que des visages graves de personnages dévorant la bonne soupe chaude hâtivement préparée mais bien plus appréciée que la bisque d’un honnête restaurant. Parfois quelques lourds jurons viennent ponctuer la chute d’un récipient bancal, mal posé sur un réchaud branlant. A l’entrée de la salle, vêtements, skis et lanières dégèlent et s’assouplissent. Lorsque l’heure s’avance, quand les appétits se calment, le cercle s’épaissit autour de l’âtre. C’est un divin et merveilleux moment. Chacun se laisse aller à une douce somnolence. On voudrait accumuler le plus possible de chaleur pour la nuit. On y va d’une chanson, d’une petite histoire et surtout d’un récit de course passée. Lorsque la flamme se meurt, que la réserve de bois  laborieusement portée jusqu’ici s’épuise, le cercle diminue.

 

 

 

            

 

 

 

 

 

 

                  Doucement la vie quitte la salle à manger. Il y a les plus malins qui ont déjà pris possession des meilleures places du dortoir, et les autres qui savent qu’il y aura toujours une couche pour s’allonger. C’est un concert de grognements et de rouspétances. Les minuscules faisceaux des lampes frontales se croisent en dessinant d’étranges ballets de lumière. Les bons gros duvets ou les fines et poussiéreuses couvertures se déroulent et s’étalent sur les durs bat-flanc. Les tricots roulés en grosses boules deviennent de douillets oreillers. Une à une les lampes s’éteignent. Longtemps encore vont s’entendre chamailleries pour un « cul » trop encombrant et rires étouffés. Difficilement, comme à regret, le silence va s’imposer. La sérénité retombe sur ce coin de montagne un instant troublé. Dans cette petite cabane perdue au milieu des neiges, le sommeil de la nature va aussi pénétrer. Dans cette blanche immensité, ce toit fragile abrite pour une courte nuit quelques fous venus là chercher la solitude partagée en quelques heures de liberté.

                    Le froid s’installe doucement, sournoisement. Le givre refleurit sur     les minuscules vitres des fenêtres, irisant la lumière glaciale de la pleine lune. Les vêtements et les lanières reprennent leur rigidité. Dehors, règne un impressionnant silence. Dans le grand cirque blanc dominé par la merveilleuse ligne des crêtes, tout s’est figé dans un décor irréel. La trace des skis s’est rigidifiée en de longues ornières qui filent là-bas vers le lointain, vers la vallée, la civilisation, le confort et les soucis. Même le vent si impétueux dans la journée a gelé son souffle dans cette froidure.                                

                 Au refuge, une petite braise rougeoyante lutte contre ce froid     envahissant. Et puis, elle aussi, vaincue, disparaît jusqu’à demain. Dans le dortoir, à la douce chaleur des corps emmitouflés, démarre l’horrible concert des ronflements.

                        Ces soirées inconfortables, où l’on mangeait et dormait mal, mais où l’amitié et la simplicité étaient reines, c’était autrefois, au temps où les capteurs solaires et les néons n’avaient pas leur place en montagne. Maintenant, il faut des douches, des chambres individuelles, presque des draps. L’individualisme a remplacé la chaude ambiance des soirées d‘antan. Nous n’y pouvons rien. Il faut s’adapter ou s’arrêter.                             

 

 

 

                                                                               H G

                              

                                                                                  

 

Publié le 10/09/2013 @ 11:04  Prévisualiser  Imprimer l'article

Pic des Posets - par MCA

Posets

J’ai vu l’autre jour un de ces nombreux groupes bruyants et décidés

S’approcher de mes contreforts sous un ciel azuré.

J’ai tenté de les dissuader d’atteindre mon sommet

En barrant du parking d’altitude la route d’accès

Ce sont 500m de dénivelé imprévus à monter

Qu’ils devront gravir en usant les souliers.

 

Cela ne suffit pas à entamer le moral des randonneurs

Qui découvrent sur un rocher leur bonheur :

Une fragile Ramonde inattendue belle comme Vénus

Ils parviennent enchantés au refuge Angel Orus.

J’ai ensuite concocté un repas particulier

Dans ce refuge rénové et hospitalier

Avec ces boulettes de viande que les montagnards

Apprécient peu d’après les racontars.

 

Le lendemain, je les attends sur mon terrain favori

Avec quelques embûches : le passage d’une dalle ici

Là une passerelle peu engageante, tordue, pliée

Puis le canal Fonda ou voie royale qu’ils ont failli manquer

La blanche raideur de la pente les a impressionnés

Sur la neige, crampons et piolets sont exigés

Ils atteignent le col essoufflés et souriants

Mais ils ne sont pas au bout de leur peine pour autant.

 

La troupe entame alors la dernière portion du trajet

Elle se rapproche de plus en plus de mon sommet

J’ai une arme fatale : ma crête finale un peu aérienne !

Déterminés, ils s’entraident, et au but ils parviennent

Las, les plus craintives n’ont même pas peur 

Mais au sommet leurs yeux sont en pleurs.

 

Tout le monde s’embrasse, certaines déposent sur mon cairn

Un doux baiser qui me flatte et m’émeut, joie interne

Puis ils trinquent joyeusement à ma santé

Je regrette alors mes mauvais tours et vilaines pensées

Je suis fier que m’honorent de la sorte quelques-uns

Et du plaisir qu’ils prennent à reconnaitre mes voisins.

 

Dorénavant, je serai plus amical avec eux.

Ils s’en retournent un à un, un dernier regard en signe d’adieu

J’aurais aimé qu’ils se soient un peu plus attardés 

Ils me quittent trop vite, pressés qu’ils sont de rentrer

Ils disparaissent dans la pente raide de la voie royale

Ils encordent par précaution Fabrice car un crampon s’affale

Certains descendent face à la pente, d’autres en crabe en travers

Glissade de Gérard qui avec un seul crampon galère.

Enfin je leur offre une herbe tendre et accueillante

Pour une pause repas méritée et bienfaisante.

 

La troupe se partage, certains ce soir chez eux dînent.

Les autres farnientent au bord du torrent lorsque soudain

Jacques semble jouer à saute mouton aussitôt suivi de Régine,

En fait, ils ont des crampes…. leurs bons copains,

 Immortalisent la scène et ne leur font aucun cadeau.

De retour au refuge, la troupe fête la réussite de la rando

Régine arrose son premier 3000 avec s’il vous plait

J’en suis fier, du Champagne pour moi… Posets !

 

Le lendemain, ils entament à regret je crois, la descente

J’ai décidé d’adoucir leur retour.

Une première rencontre fortuite avec Gisèle les enchante

Ils parlent du passé, des anciens parcours.

Une légère erreur de direction leur concède

Un instant magique et furtif : un rusé quadrupède

Dévale tout près d’eux, un renard aussi surpris

Que les randonneurs qui restent tous ébaubis.

 

Peu après, ils cherchent la Ramonde aperçue à la montée

Par quelques retardataires. Je conviens de les récompenser.

A foison ils photographient ces charmantes

Fleurs de plus en plus nombreuses et élégantes

Des saxifrages à longues feuilles tout aussi étonnantes

Ornent les rochers le long de la descente.

 

Plus tard, sur la route, au détour d’un virage

Les randonneurs stoppent leurs voitures

Ils me contemplent comme un mirage

Dame, elle est sublime la nature

Je suis paré de mes plus beaux attraits

Sous l’ardent soleil de ce mois de juillet

Une photo souvenir, une lueur dans leurs yeux

C’est leur manière de me dire adieu.

 

Les randonneuses : Fanfan, Michelle, Pascale, Régine, Sylvie

Les randonneurs : Fabrice, Gérard, Guy H, Jacques, Jean Pierre E. Michel D, Michel G

Les 30 & 31 juillet 2013.

MCA  août 2013

 

 

 

 

 

Publié le 10/09/2013 @ 10:34  Prévisualiser  Imprimer l'article

RAID VTT samedi 11 et dimanche 12 mai 2013 - par Semeac Evasion

Le retour du ver luisant : c'était Louis le Sage

Le Col des rillettes : difficulté inédite que même le Tour de France n'a jamais franchie !

La balafre : appellation d'une partie descendante du circuit dans le secteur du Cabaliros

(à suivre)

Publié le 14/05/2013 @ 21:50  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion/Poey de Lescar 2013 - par Semeac Evasion

Séméac-Poey-Evasion-de-Lescar

Dimanche matin 21 avril, les vététistes de Séméac Evasion, au départ de leur promenade dominicale, rencontrèrent  des vététistes  qui souhaitaient se rendre au vide grenier organisé au Centre culturel  Léo Lagrange, pour y brader leurs montures. Face à ce funeste destin, et avec à- propos,  nous avons proposé à ces braves gens de nous accompagner dans l’air frais de la campagne.

La proposition acceptée, nous voici au bois de La Barthe puis sur les chemins qui mènent à Montgaillard. Devant nous se dresse le Pic du midi, enneigé, baignant  dans l’azur d’un ciel sans nuage.

L’allure modérée autorise la prise de photos (mises en ligne sur le site de Séméac Evasion),  la parlotte, les blagues, bref tout ce que recherchent les vététistes qui  participent à nos sorties.

La traversée de Montgaillard , sous un concert de volée de cloches (des vraies) annonce la montée aux Puyolles. Les socquettes sont légères et après la montée au carrefour de l’arbre voici une descente rapide, mais sans danger, puis à nouveau une belle côte dans les sapins. Un arrêt sommital nous permet de goûter au point de vue sur la plaine de Tarbes.

C’est ce moment qu’a choisi le Malin Puyollesque  dissimulé au carrefour de l’arbre. Alors que le peloton compact attaquait, en direction de Visker une succession de descentes et de montées sur tous terrains (boueux et caillouteux) voici que Michel (le lascar) suivi d’une galinette limacaise entendit les cloches l’appeler « reviens nous voir beau pédaleur ».

Puis une chaîne lâcha, je compris alors la motivation de certains d’aller  au vide grenier .…. Après cette désorganisation passagère, le peloton se reforma et rentra à Séméac en trois coups de pédale. Yvette avait préparé l’apéritif, Philippe (le responsable des cyclos)   et  Françoise, vététiste  et  ministre des sports,  se joignèrent  à nous.

Puis quelques grillades, fromage et au dessert des projets.

Merci aux participants (es) et tout particulièrement aux sympathiques et dynamiques vététistes de Poey de Lescar.

mm

 

Publié le 26/04/2013 @ 19:57  Prévisualiser  Imprimer l'article

Pays Basque 2012 - par Semeac Evasion

Séméac Evasion au Pays basque

A l’invitation de Baptiste et de Danièle, était organisée, en août 2012, une fin de semaine « en immersion » au Pays Basque. A l’écart de la côte atlantique et de son agitation touristique , au pied du Col d’Osquich, nos hôtes nous ont ouvert leur maison «  caricarté berria »

Le programme était simple : profiter de l’environnement favorable de ce coin de pays de Soule.

Les cyclistes, le samedi et le dimanche matin, ont parcouru quelques dizaines de kilomètres sur les routes exigeantes mais ravissantes, du côté de Mauléon.

Les pilotaris se sont affrontés le samedi après-midi, palas en mains, en deux manches disputées et les marcheuses ont gravi avec allégresse, le dimanche matin, la montée de l’ermitage de St Antoine.

Entre chaque sortie, la dégustation de produits locaux et régionaux contribuaient à la récupération.

Samedi soir, au village, nous avons assisté à deux rencontres de pelote à mains nues. Ici, pas de paillettes : frappes lourdes et répétées et entre les points, les joueurs comme les spectateurs échangent dans la langue du pays.

Temps splendide et accueil chaleureux : tout était réuni pour la réussite de ce trop bref séjour.

Il faut ajouter que la tradition attribue au basque de nombreuses qualités : travailleur, bondissant, chanteur, plein de forces, accueillant. Baptiste réunit toutes ces qualités. Mais il en possède une autre : le « fair play ». En effet, il a eu l’élégance de laisser une demi-roue d’avance au Landais et au Béarnais aux passages des sommets de côtes et de Cols . Et plus fort encore, il a offert la victoire à ces mêmes Béarnais et Landais sur la kantsa du fronton !

Vous l’avez compris, à Pagolle, c’était TOP !!!

Merci à Danièle et Baptiste.


Un bigourdan

Publié le 17/01/2013 @ 19:27  Prévisualiser  Imprimer l'article

Chorale de SE - par Semeac Evasion

Chanson interprétée par la « Chorale » improvisée de Séméac Evasion

 

Air: "La Montagne" de  Jean Ferrat

 

**********


 

 

1

Rendez-vous devant la mairie

Le matin ou l'après midi,

Ils roulent sur leur bicyclette.

Voulant imiter les vedettes

Tous les cyclos sont enfin prêts

Les bosses, les cols n'ont plus d'secret.

Indispensable l'arrêt prostate

Parfois ils jouent les acrobates

Souvent certains sont déjà cuits

Quand il leur manque des biscuits

Il faut que le faible s'écarte

Avant le sprint à la pancarte.

 

***

 Refrain

Pourtant que la rando est belle

Nous avons pris la décision

De pédaler, c'est naturel

Avec Séméac Evasion

 

2

Les Vététistes, les marcheurs

L'après midi ou de bonne heure

Arpentent les sentiers aussi

Certains avec acrobaties

Par tout temps ou quand il fait beau

En file indienne ou en troupeau.

Les uns parlent de rien, parlent de tout

D'autres transpirent, dans la boue

Les machines il faut décrotter

Tandis que d'autres prennent le thé

Chacun y mettant tout son cœur

Chacun y trouve son bonheur.

 

***

 

Refrain

Pourtant, que la campagne est belle

Nous avons pris la décision

De rouler, de marcher près d'elle

Avec Séméac Évasion.

 

 

 

 

 

3

Qu'ils viennent d'ailleurs ou bien d'ici

Sur le coup de 7 heures et d'mi

Devant le club ils se rejoignent

Tous les amis de la montagne,

S'en vont découvrir la chaîne

Et les vallées pyrénéennes.

Vers la cabane qui recule

Parmi marmottes et campanules

Ils partagent un repas frugal

Quand un isard soudain détale

De l'Aneto au Vignemale

A leurs yeux les pics se dévoilent.

 

***

Refrain

C'est vrai, que la montagne est belle

On part avec nos provisions

Afin de se rapprocher d'elle

Avec  Séméac Évasion.

 

Refrain

Ce club aux grandes ambitions

Qui fête aujourd'hui ses 20 ans

On  peut le dire maintenant

Vive  Séméac Evasion!

 

MCA Juillet 2012

 

 

 

 

Publié le 19/09/2012 @ 22:18  Prévisualiser  Imprimer l'article

Compte rendu XX anniversaire SE - par Semeac Evasion

Séméac Evasion fête avec succès son XX° anniversaire

Le samedi 7 juillet 2012, 150 participants réunis au Centre Léo Lagrange ont  célébré dans une ambiance conviviale et festive le XX° anniversaire de la création du club de Séméac Evasion.

En ouverture, dès le matin, les adhérents de l’association ont pratiqué leurs activités préférées. Les cyclistes et vététistes ont parcouru routes et chemins aux alentours de Tarbes. Les marcheurs, guidés par Charly Vert, ont découvert quelques curiosités que recèlent les bois du coteau Est de Séméac. Tout au long des sentiers il sut captiver son auditoire par des commentaires inépuisables nourris d’anecdotes que lui seul connaît.

A la pause méridienne une collation fut offerte aux participants réunis au siège du Club.

A partir de 16 H, adhérents, anciens adhérents et invités se retrouvaient au Centre Léo Lagrange. Deux expositions, qui  furent très appréciées, étaient proposées aux visiteurs : des vélos  anciens de collection et des photos qui illustraient la vie du Club depuis sa création à nos jours. En continu était présenté  un film sur les activités de Séméac Evasion  réalisé par l’Association « Caméra Vidéo Club de Séméac ».

Le président Michel Mombet prononça quelques mots de bienvenue à tous les participants à cette journée anniversaire. Ensuite, Charly Vert, premier Président de l’Association en 1992, rappela avec humour et un brin de nostalgie la création de Séméac Evasion ; avec émotion, il évoqua la mémoire de trois regrettés adhérents.  Puis, Pierre Mombet lut un texte écrit par la plume poétique de  Gérard Huberdeau sur les valeurs de l’esprit associatif.

En quelques mots, Mme le Maire Geneviève Isson, rappela son attachement aux associations de Séméac et exprima sa satisfaction de posséder dans sa ville une association de loisirs dynamique et pérenne telle que Séméac Evasion.

Après la remise de médailles commémoratives, les festivités pouvaient commencer et la fête se prolongea tard dans la nuit.

Les organisateurs de cette très agréable journée, remercient chaleureusement tous les participants et plus particulièrement Alain et Yvette Gallet pour leur démonstration remarquable de danses de salon,  la troupe de danse « Al Guadalquivir » pour sa prestation pleine d’alégria, les chanteurs du groupe « Semiac en Bigorra » pour leur maîtrise vocale, la banda des Bambolayres de Séméac qui ont enflammé la soirée, Marc Lebreton pour l’exposition  exceptionnelle de vélos anciens et Hervé Warin du Caméra Vidéo Club de Séméac pour la réalisation des vidéos.  

Merci également à  Mme le Maire de Séméac et à son adjointe chargée des sports ainsi qu’aux services techniques de la Ville pour leur soutien.    

Publié le 12/09/2012 @ 11:17  Prévisualiser  Imprimer l'article

calanques de marseille a cassis 2012 - par Huberdeau

               CALANQUES.

 

 

Un jour, la Terre en eut assez de fleureter.

Elle s’arrêta tout net devant ces flots bleutés.

La Mer qui régnait là l’étreignit de ses eaux,

De ses vagues, mordit ses flancs, lécha sa peau.

Elle mordit si fort que des rides profondes

Marquèrent à jamais son sein de vagabonde.

Elle creusa ses reins de criques par milliers,

Lui offrit des îles en guise de collier.

Elle baigna ses chairs, viola son corps de pierre,

Puis couvrit son ventre d’un habit de lumière.

Devant tant d’agréments, la divine nature,

La poudra de grands pins qui firent sa parure,

Et qu’EOLE, jaloux, s’empressa d’agiter,

Ombrageux qu’il était de sa grande beauté.

Puis, jugeant que son vent ne fut bonne manière,

Zéphyr il se fit et, d’une brise légère,

Pour quérir son pardon, en dot lui apporta

Une gerbe d’oiseaux que la belle adopta.

Séduisante elle fut, et mendia pour son teint,

Une moire vieil or qui, du soleil, lui vint.

D’être ainsi adulée la rendit amoureuse

De ces flots tout puissants comblant son âme heureuse.

C’était le grand miroir où elle s’admirait,

Les doux bras vigoureux qui toujours l’enserraient.

Elle adora ces lieux où la douceur ne manque,

Y déposa son ancre, on l’appela CALANQUES.

Un vieux marin un soir m’avait conté l’histoire.

Ne serait-elle vraie qu’il est bon de l’accroire.

Il est un rivage, de MARSEILLE à CASSIS,

Où sommeille toujours l’amante de jadis.

Si tes pas te mènent sur ces pentes altières,

Laisse-toi imprégner du charme de ces pierres.

Jouis des délices des gorges de PORT-MIOU,

Ou cueille les trésors de la baie de SORMIOU.

Toujours dans les grands pins, chants du vent entendras,

Dans le grand bleu du ciel, l’oiseau te guidera.

Si un peu de ton cœur s’accroche à ces splendeurs,

Ton exil loin d’elles ne sera que laideur.

Dans le lointain pays où tu séjourneras,

L’an où tu les quittas toujours tu maudiras.

Un vieux marin, un jour, m’avait conté l’histoire.

Ne serait-elle vraie que je voudrais y croire.

Elle m’a dit qu’il est bon de parcourir le monde,

Mais qu’il nous faut aussi bâtir vie plus profonde.

Tout comme CALANQUES, construisons pour toujours,

Notre havre de vie et gardons-y l’amour.

 

                                                                            H G   octobre 1996..

 

 

Publié le 11/09/2012 @ 20:29  Prévisualiser  Imprimer l'article

calanques de marseille a cassis 2012 - par Mandard

Les Calanques de Marseille à Cassis

 

30 mai au 3juin 2012

 

3 jours de rando avec 3 types de paysage au final

 

Tout d'abord, rendez vous (recommandations express).....à 7h30 précises devant le siège du club, à Séméac.....Jean Pierre, qu'est ce tu fais ?......j'ai la batterie du mini-bus qui me lâche....on finira par partir à 9 heures!...à Toulouse récupération d'une randonneuse....entrée dans Marseille délicate pour une voiture.....

 

Bref, en fin d'après midi il nous a paru nécessaire de monter faire une visite à Notre Dame de la Garde pour lui demander de veiller sur nous le restant du séjour, et profiter pour l'occasion de l'exceptionnelle vue que l'on a sur Marseille.

 

Le lendemain matin les 20 randonneurs sont à pied d'oeuvre pour « attaquer » le premier tronçon de Mont Rose au col des Baumettes que je qualifierai de « calanques basses » ; nous avons une première connaissance de ce paysage de calcaire blanc sur lequel s'accroche une végétation faite de rampants et de buissons parsemés de belles fleurs ainsi que des premières calanques facilement accessibles par la civilisation. À midi casse croûte au bord de la mer.

(jour 1 un peu laborieux pour deux d'entre nous qui perdent les pneus des chaussures.....ah ! Notre Dame de la Garde veille sur nous.....

 

Le jour 2, qui nous conduit du col des Baumettes au col de Sugiton, constituera (selon mon goût) la partie la plus pittoresque de toute la rando ; plus vallonnée que la veille elle nous permettra notamment de rencontrer la magnifique Calanque de Sormiou et son eau d'un bleu profond qui donne et qui a donné à tous l'envie de se baigner... (il est à noter que nous avons eu très beau temps tout au long du séjour)

 

Le 3ième et dernier jour nous avons affronté ce que je j'appellerai les« calanques hautes » qui comportent notamment des sites d'escalade. Ce fût manifestement la journée la plus éprouvante du point de vue physique (longueur du trajet, relief en « tôle ondulée », chaleur). Après un bain de fraîcheur à la Calanque d'en Vau, sur-fréquentée samedi oblige, la récompense à nos efforts est concrétisée par l'arrivée sur les hauteurs de Cassis via les Calanques de Port Pin et surtout Port Miou....magnifique...

 

Au final si la course pédestre Marseille-Cassis est donnée pour un semi-marathon, pour ce qui nous concerne nous avons bien dû faire une quarantaine de km et avaler entre 1500 et 2000m de dénivelé....sur 3 jours...

Cela étant la petite promenade en bateau voulue par certains dimanche matin était la bienvenue pour récupérer.

 

Au préalable, un repas convivial et totalement partagé nous avait tous réunis samedi soir dans un restaurant de la plage de Bonneveine à proximité d'une Grande Roue qui tournait inlassablement mais sûrement.

 

Qu'il en soit ainsi pour le club de Séméac Evasion.....

 

et puis grand merci « au chef » Jean Pierre, au guide Michel .    Juin 2012   G.M           

Publié le 11/09/2012 @ 20:17  Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent10 pages précédentes [ 21 22 23 24 25 26 27 ] SuivantFin
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMONTAGNE 1er novembre

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club

Derniers billets
Archives
02-2019 Mars 2019 04-2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

^ Haut ^