semeac evasion montagne
Se connecter
INFOS

La reprise des activités du club se fera lorsque la situation sanitaire sera revenue à la normale

Téléchargez votre bulletin d'adhésion 2021 en cliquant ici

météo

     Le mot du président

     Le CA

     Historique

     Programme & projets

     Calendrier des clubs

     Liens

     Presse

     Nous contacter

 

Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus

Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

VTT - Dimanche 10 mai 2020 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 10 mai 2020

confinés dehors

La semaine dernière la fédération française des vététistes confinés s’est réunie pour préparer la sortie du tunnel à partir du lundi 11 mai.

Pour l’instant une règle générale s’impose à tous : groupe maximum de 10, espacement de 10 mètres, rayon de 100 kilomètres .

Un collège d’experts a été invité à donner son avis.

Deux conceptions se sont opposées. L'une en faveur de la sécurité des vététistes, l’autre pour une pratique sportive.

Les partisans de la première souhaitent équiper chaque vététiste de clochettes. Les autres font le choix de proposer des parcours techniques et physiques.

Deux groupes testeurs ont mis en application ces deux propositions.

Le groupe clochettes a semé la zizanie dans la campagne car les troupeaux sont sortis des enclos suivis des chiens de garde tous crocs dehors et poursuivis par des agriculteurs furieux.

Le deuxième groupe, plus sportif, enivré par la vitesse en descente, concentré dans les tracés casse-pattes, ravi de patauger dans la boue au fond des bois ou de se tremper les pieds au franchissement des gués, parti à 10 arriva à 2.

En conclusion les vététistes confinés invitent les vététistes à se déconfiner de dedans et à se reconfiner dehors en solitaire avec leurs VTT en attendant des jours meilleurs.

     MM

Publié le 10/05/2020 @ 15:54  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - Dimanche 03 mail 2020 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 03 mai 2023

Un autre monde

Comme prévu depuis longue date, ce samedi matin, en route pour les Landes. Nous l’avons expérimentée il y a peu, la conduite sans chauffeur est maintenant fiable, notre seule tâche est de charger dans nos véhicules quelques effets personnels, les VTT et un peu de ravitaillement.

Le trajet est vite bouclé, Marjolaine nous accueille, léger casse-croûte et une fois en tenue nous quittons le village sous les pins par la piste cyclable en direction de Moliets. Bien entendu, nous n’avons pas oublié de fixer sur le cintre du VTT le boîtier délivré par le club quand on a adhéré. En trois clics nous sommes connectés, le circuit est paramétré, le feu vert est accordé par le régulateur départemental des Landes.

Casques bien vissés sur la tête, masques dernière génération bien ajustés, modèle VTTmaskCORO22, (si après le CORO19 il fut interdit de se vider les sinus en roulant, après le CORO20 il fut interdit de parler en pédalant et après le CORO21 il fut interdit de boire avec le bidon, nous sommes heureux de profiter de ce nouveau masque, certes un peu lourd, mais qui désormais nous libère de tous ces interdits)

Nous voici sur la piste. Il fait beau, l’air est doux et flotte l’odeur irremplaçable de la pinède au printemps. Quelques kilomètres plus loin, déjà, nous atteignons Moliets-bourg. Nous en profitons pour un arrêt confort dans un module sanitaire récent. En effet, il est désormais interdit de pisser au pied des pins, depuis que le Professeur Raoult a découvert que la consommation du pastis (gâteau landais ou liquide provençal) produit une urine qui détruit les racines des arbres.

Direction le Lac de Moliets, Lac de Laprade, Messanges-Plage. Nous revenons à Moliets par la plage. L’Océan déroule avec toujours autant de vigueur ses furieux rouleaux d’écume, les sternes semblent prendre autant de plaisir à se jouer des rafales de vent que nous prenons pleine poire, fientes comprises. Soudain un signal sonore strident, émis par nos boîtiers, nous oblige à l’arrêt. Sur la bande traçante un message s’affiche : « le département des Landes vient de passer en zone orange, RAPPEL, les bars sont fermés à 16H précises ».

Pas de bol, il est 16 H, nous sommes à Moliets plage. Pour l’arrêt binouse tant espéré c’est râpé. Retour à Léon, la gorge sèche.

Tout sera vite oublié après une bonne boisson réhydratante anisée et une pizza spaghetti au rosé des sables.

Le lendemain, dimanche matin, nous voici au départ de la randonnée tant espérée. Il y aura deux départs. En premier (les plus nombreux) les VTT à assistance électrique, puis, en second, une poignée de vététistes à l’ancienne. Pour tous, casque, masque, boîtier obligatoires.

C’est parti ! Circuit habituel très joueur avec beaucoup de monotraces autour de l’étang puis dans la forêt. Soudain, environ à mi-parcours, un pin chute sur le petit groupe avec lequel nous progressons tranquilous. «  Encore un pisseur ! »  vocifère l’un des nôtres. La théorie du professeur Raoult n’est pas fantaisiste ! Un vététiste qui nous précédait, malgré l’interdiction, a pissé sur un pin. Et nous ? eh bien on charge ! vélos pétés ! Faut rentrer à pied à Léon !

Nous sommes hors circuit et paumés dans la forêt, mais grâce au boîtier nous sommes repérés par le régulateur qui programme à distance le chemin du retour.

Une fois encore nous n’avons pas terminé le parcours prévu, mais contre mauvaise fortune nous affichons notre bonne humeur habituelle et rentrons au pays classé zone blanche et rouge depuis que le Stado est redevenu champion France.

Lundi 8 mai 2023

mm

Publié le 03/05/2020 @ 21:24  Prévisualiser  Imprimer l'article

Le Soum d'Allier - par Semeac Evasion MONTAGNE

 LE SOUM D’ALLIER EN BOUCLE

          Aujourd’hui, sortie Montagnol. Je ne mets pas d‘S  à montagnol car je suis seul. Je prends des risques. Pas de problème de parking, je quitte mon domicile à pied. La piste, bonne, bien goudronnée, m’amène, entre deux aboiements de bâtards peu sympathiques et un beuglement de vache,  au petit pont de l’Echéoux, modeste ruisseau parfois turbulent comme tous les ruisseaux du Piémont bigourdan. J’aurais préféré marcher aux cris stridents des marmottes, mais ces petites bestioles n’ont pas encore colonisé mon village.

           Je me méfie, non pas des eaux tumultueuses, mais de la présence possible de la maréchaussée. La semaine dernière, elle était là, la coquine, un peu vicieuse de se cacher dans un lieu aussi perdu. Mais, dans ma poche, j’ai le laissez passé, le sésame indispensable appelé « attestation de déplacement dérogatoire » où j’ai coché la case «  déplacements brefs, dans la limite d’un kilomètre …). Je dois faire vite mon ascension, ne pas trainer en cours de balade, je n’ai droit qu’à une heure de plaisir. Sacré covid 19 qui nous prive de nos Pyrénées.

        Les larges zigs zags de la piste me mènent sur un plateau en faux plat montant (dixit JP), à l’ombre de quelques acacias timidement en fleurs. Enfin, je quitte le goudron pour m’engager sur un vrai sentier un peu boueux et j’arrive, à peine échauffé, au Soum d’Allier, énorme taupinière qui m’offre une vue magnifique sur la chaine. Juju n’aurait même pas besoin de son petit siège, un banc confortable ayant déjà été installé là pour les fatigués de la rude ascension. Je prends le temps de jouir du spectacle mais attention à l’heure imposée par le covid. Tous les hauts sommets sont là, toute la chaine s’étale devant moi, belle récompense peu chère payée en efforts. Zut, si je n’avais pas oublié mon Ricard, je me serais cru en pleine montagne.

       J’entame déjà la descente en poursuivant  mon chemin boueux qui suit plus ou moins la crête des hauts de Barbazan jusqu’à un point précis, où je dois m’engager sur un autre sentier un peu secret, peu connu, raide et glissant, entretenu autrefois par les habitants du village, délicat jusqu’à son arrivée au Chemin Des Bois, petite rue d’Allier. Une remontée rapide, toujours entre deux aboiements et un beuglement, mais toujours sans marmottes, me ramène à mon domicile. Avec tous mes arrêts, j’ai mis 1H 30, je suis un hors la loi, punissable d’une amende de 135 euros.

       Sortie bien banale me direz-vous, mais lorsque je songe à ceux qui n’ont qu’un kilomètre de rues pour conserver un minimum de forme, je me dis que j’ai beaucoup de chance. Tiens, je vais proposer cette sortie à Mimi pour une remise en forme, elle qui aime tant  les boucles. Les paramètres sont conformes aux directives montagnoles : altitude max 499 m dénivelé 115 m.

PS : ne cherchez pas sur les cartes le Soum d’ALLIER, ce sommet existe bien mais son nom est une pure invention de ma part.

                                                                                 G H         


 

Publié le 01/05/2020 @ 11:54  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - Dimanche 26 avril 2020 - par Semeac Evasion VTT

‌Dimanche 26 avril 2020