semeac evasion cyclotourisme
Se connecter
INFOS
météo

     Le mot du président

     Le CA

     Historique

     Programme & projets

     Calendrier des clubs

     Liens

     Presse

     Nous contacter

 

Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus

Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

VTT Evasion dimanche 6 août - par Evasion Vtt

Dimanche 6 août

 

Le Ravin de Marc

 

De notre station météo mobile de Payolle un message laconique est envoyé: "Brouillard épais,pluie continuelle" après lecture le boss décide: "si c'est comme cela, on y va" et c'est comme cela que les cinq habituels se retrouvent à galérer sur les chemins de l'Espiadet et du Houillassat.

Il faut reconnaître que pour grimper les conditions sont excellentes: refroidissement naturel, humidification permanente, pas l'ombre d'un taon. Nous arrivons au col de Beyrède, une trouée dans le brouillard nous permet de filer par un chemin de découverte qui devrait nous permettre de sortir sur le versant Est du col d'Aspin, malheureusement nous sommes stoppés au niveau du ravin de Marc, le passage,jadis fréquenté par les vététistes d’Evasion a entièrement disparu sous les effets de l’érosion, prudemment nous faisons demi-tour et nous atteindrons finalement le col par son versant Ouest.

Là-haut quelques cyclistes aussi tremblotants que leurs lampes s’apprêtent à redescendre. C'est par le chemin de la cabane que nous rejoindrons le plateau de Payolle après 30 km et quelques 800 m de dénivelé.

Désormais le soleil est invité devant la billeterie et nul ne regrette d'avoir osé.

                                                  SM

Publié le 08/08/2017 @ 16:24  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 30 juillet - par EvasionVtt

Dimanche 30 juillet

Par-delà les murs,

Le rendez-vous était fixé aux abords du pont du Tilhos à Argeles-Gazost. Comme les cinq doigts de la main nous attaquons, dès le centre ville passé, par un véritable mur qui ne saurait effrayer des séméacais, d'autant plus d'évasion. Le chemin surplombe le parc animalier et rejoint le Balandreau pour grimper jusqu'à Gez-Argeles. Après ce magnifique tracé nous empruntons la route forestière du col de Spandelles, la montée est sérieuse, nous rencontrons un épais peloton des cyclos de Bizanos échelonnés sur la pente, leur but est de basculer sur l'autre versant pour rejoindre leur patrie béarnaise. Après les trois sapins il nous faudra poursuivre sur un bon kilomètre avant de tourner à gauche et de nous enfoncer dans une forêt de résineux, enfin une descente réparatrice, nous longeons la ferme équestre de Bernicaze avant d'attaquer une plongée risquée sur Arras. Notre idée est de passer sur la rive droite du gave d'Azun, chose facile puisque c'est en descente, mais dès le pont franchi, nous sommes encore au pied du mur et c'est en grande partie à pied que nous le passerons. En vue d'Arcizans-avant se dessine au loin les murailles ternes du château du prince noir construit pour asservir la vallée au joug des Anglais. Nous faisons le tour du réservoir d'Arcizans- avant en mode découverte par un chemin qui ne demande qu'à disparaître à chaque virage, nous arrivons rapidement devant les portes de la piscine du Tilhos et notre point de départ.

Aujourd'hui, comme un symbole, nous sommes passés par-delà les murs qui ne sont là que pour séparer ou isoler les êtres pour mieux les asservir et il ne faut pas se mentir, même démoli un mur maléfique laisse toujours une ombre.

                                                 SM

Publié le 02/08/2017 @ 18:50  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion - par Evasion VTT

Dimanche 23 juillet

Brouillard et désolation,

Quatre silhouettes fantomatiques se regroupent dans un épais brouillard au col de Couraduque. En empruntant les pistes de ski filant vers le Soulor nous nous réchauffons assez vite. La cabane jaune sera le seul rayon de soleil de la journée‌, nous distinguons à peine le col de Bazès et ce sont les bruits des moteurs de voitures qui nous indiqueront l'approche du col du Soulor côté Ferrière. Là- haut quelques cyclistes transis hésitent à redescendre, pour notre part, sans perdre de temps en direction d'Arrens nous dévalons sur 300 m avant de prendre à gauche vers les sapinières et les crêtes de la Serre. La piste d'habitude si belle avec son gazon ras si agréable à emprunter à pied ou en vélo est transformée en champs de patates par des exploitants forestiers peu scrupuleux de l'environnement, des amas de branches fracassées bordent le chemin quasiment impraticable sur 1 km, les arbres rescapés sont balafrés par le métal aveugle des machines. Non, il ne faut pas se "trumper" c'est bien l'homme qui détruit sa propre planète. Pour la deuxième fois nous repassons devant la cabane de Cantau et toujours dans la ouate épaisse nous devinons à notre gauche la silhouette du pic de Bazès et enfin la descente prudente nous ramènera à notre point de départ. La balade appréciée de tous se sera bien passée grâce à notre leader qui passe ses hivers à user ses planches sur les moindres sentiers du plateau les yeux fermés.

                                                SM

Publié le 25/07/2017 @ 15:58  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 16 juillet - par Evasion VTT

Dimanche  16 juillet

 

Payolle

Il est 9 h, la température est déjà très agréable lorsque les six vététistes présents regroupés autour d'un café,écoutent le programme de la journée. Le départ est donné vers le village abandonné mais très vite nous bifurquons vers le Sarrat de Gaye que nous suivrons jusqu'au sommet toujours contrôlé par un éternel troupeau de vaches bien paisibles aujourd'hui. Dès la descente entamée nous prenons à gauche une piste large en déclivité qui nous aide à rejoindre les rives de l'Adour de Gripp que nous allons très vite surplomber en direction d'Artigues par une rampe tueuse avoisinant les 16 et 18 % sur 1 km. Une petite ronde devant la cascade du Garet nous permet de reprendre l'itinéraire à l'envers sur 3 km, à partir de là c'est un peu la découverte car nous prenons à gauche un sentier qui s'enfonce dans la végétation louvoyant quelque peu autour de rochers poussés là par un ancien glacier. L'orientation s'avère la bonne car ce chemin nous verra surgir de nouveau sur le Sarrat de Gaye que nous traversons pour emprunter un magnifique tunnel de noisetiers bordé d'un ruisseau chantant jusqu’au sommet du col. La haut prenant garde de ne pas exciter les sentinelles cornues et ruminantes fidèles au poste nous prenons sur la droite une piste rejoignant le Courtaou des Esclozes. C'est de là que débutera la longue et magnifique descente vers Payolle. Autour de quelques canettes restées fraîches dans la glacière nous sommes tous d'accord pour cocher cette balade dans la case à refaire.

                                                SM

 

 

Publié le 17/07/2017 @ 13:45  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 9 juillet - par Evasion VTT

dimanche 9 juillet

Brouillard


Huit vététistes à La Barthe de Neste au départ.
Après un nouvel épisode caniculaire nous retrouvons avec plaisir un peu de fraîcheur
d’autant que JeF, notre guide du jour, nous fait découvrir les berges du canal de la
Neste.
Rapidement nous pénétrons dans une zone couverte d’ un épais brouillard éclairée
soudain par le jaillissement d’une biche et de ses petits que nous éviterons par un
habile freinage.
La brume épaisse ne nous quittera pas et ce ne sont pas les brûlures du soleil qui
cuiront nos vieux cuirs tannés à point (s).
Le pot d’échappement pris au retour aux voitures après une traversée dangereuse
mais maîtrisée d’un passage clouté nous permit de conclure le bilan de l’étape et de
fixer notre prochaine sortie dominicale.
Nous attendrons l’automne pour participer au loto des pompiers où après une quine
et une double quine nous tenterons un carton plein.

mm

Publié le 10/07/2017 @ 10:22  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT évasion samedi 1° juillet - par Evasion VTT

Samedi 1° juillet 2017

 

Aléas et péripéties

25ieme

(Flo, Danièle, Eric, Mario, Serge, Jean-Philippe, Michel Pre, Michel D, Michel M)


La fraîcheur et le triste crachin de ce matin ne sauraient dissuader les huit vététistes  qui aujourd'hui voulaient marquer les vingt cinq années de la création du club. Au moment du départ, un appel désespéré nous parvient de Payolle.

Là-haut, un neuvième adhérent ayant bouffé la consigne qui fixait le départ à Séméac souhaiterait se joindre à nous. Il est accordé à l'étourdi quarante minutes pendant lesquelles nous ferions un tour de chauffe dans les environs. Le tour de chauffe s'organise par la montée de Piétat via le chemin du château à Barbazan, retour par les crêtes et le bois de Labarthe. L'égaré est déjà là sur son vélo. Malheureusement, Flo qui était avec nous doit se résoudre à abandonner, victime d'une chute de... talons hauts quelques jours auparavant, elle souffre encore d'une épaule.

 Nous reprenons la direction des crêtes, les pistes sont sèches dans le bois du Rébisclou, belle descente au départ de la cabane des pendus, passage devant la station d'épuration et cap sur Lespouey et Calavanté. Un peu d'effort nous est nécessaire pour traverser Angos et nous hisser jusqu'à l'ancienne boite de nuit, Le Trits. Belle récompense dans la descente de notre côte favorite de Barbazan. En arrivant au bois de Labarthe, notre coach bifurque brusquement par une sente si discrète que presque invisible, une belle passante satisfaisant à un besoin naturel. Invisible, en ces lieux elle aurait bien voulu le devenir, elle qui avait choisi un endroit si discret, protégée par des chênes majestueux aux glands inoffensifs. La belle, les yeux à hauteur de nos pédaliers nous voit défiler un à un devant elle. Gardant le sourire elle s'excusera de cette situation inconfortable tout en gardant la position.

 Faut-il encore se persuader que nous pratiquons un sport de nature ?

                                         SM

Publié le 02/07/2017 @ 17:44  Prévisualiser  Imprimer l'article

Semeac VTT samedi24juin - par Evasion VTT

Samedi 24 juin

Henri IV-

                                                                         4 Michel-2 rosés

Sur les bords du lac de Lourdes, nous sommes onze à prendre les eaux,emmitouflés dans nos kaway.

Le ciel est bouché, un crachin tenace nous encourage à filer vers la mer. Les quatre Michel en tête ne ratent pas l'embouchure du chemin Henri IV, dès les premières bosses nous retirons nos imperméables avec regret car dans la minute qui suit, il faut nous extirper d'un roncier fraîchement éclot, les épines sont mordantes à notre chair fraîche. Après l’arrêt des hémorragies, nous nous retrouvons sur des chemins plus confortables qui empruntent le plus souvent possible les crêtes quittant la forêt de Mourle pour rejoindre St Vincent et Labatmale. Utilisant alternativement des chemins de terre et des petites départementales nous pénétrons dans les bois de Bénéjacq et de Bordères où, dit-on depuis peu, le fantôme de Bayrou erre à la recherche d'une virginité. Sur les dix derniers kilomètres la progression est plus facile et nous arrivons avec un peu d'avance en vue du château de Franqueville à Bizanos qui est considéré comme l'aboutissement du chemin de notre bon roi Henri. Pour le retour qui est jugé comme plus ardu, nous avons le renfort de deux jeunes palois portant les couleurs de notre club. Ainsi équipés, nous repartons pleins d'ardeur à la rencontre de nos ravitailleurs embusqués sur la route. Ils sont tellement excités par leur mission qu'ils mettent 2 fois le couvert... avant de nous intercepter et de nous servir avantageusement en victuailles et boissons reconstituantes. Il reste 20 kilomètres pour atteindre le lac de Lourdes et nous enregistrons 2 fois plus de chutes que sur tout le reste du parcours. Les statistiques démontrent que l'accident est plus fréquent à l'approche de l'arrivée… faut-il y rajouter les effets de ce bon rosé que nous avons dégusté à la pose ?
Ultime rassemblement auprès des voitures, harassés et crottés, nous jurons de nous retrouver samedi prochain pour fêter les 25 ans du club. 
                                                              SM

Publié le 25/06/2017 @ 15:59  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 18 juin - par Evasion VTT

Dimanche 18 Juin

La "pelle" du 18 Juin

Nous étions dix pleins d'entrain et de volonté jusqu'à ce qu'aux abords du lac de Bours un chien traversant occasionne un ralentissement suivit d'un freinage d'urgence entraînant la chute de Pierre, l'un de nos vétérans. La chute est brutale, devant la situation nous appelons les secours. Heureusement le "roc d'Azun" est solide, la charpente a vibré du sol au plafond, nous apprendrons plus tard qu'il n'y a rien de cassé. Le montagnard d'Arrens est d'une bonne trempe, il a à lui seul plus de cicatrices qu'un escadron entier du 1er RHEP rentrant du Mali. 
​Joël et Gene rebroussent chemin pour avertir la famille de Pierre et de fait la rando sera moins attrayante pourtant Pierre qui retrouvait une bonne forme aurait apprécié les belles pistes du côté de Lagarde et St Lézer, il aurait assumé la volée de cloches qui nous a salués aux abords de l' abbaye de Tarasteix, il aurait avec nous, peiné et sué sur le plateau de Ger. Mais l'ancien n'était pas là et c'est pourquoi nous accélérons pour avoir les premières nouvelles en espérant qu'il nous revienne le plus vite possible.

                                             SM

Publié le 25/06/2017 @ 15:54  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 11 juin - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 11 juin

 

Arrête ton char Ben Hur !,


Il y en avait au moins dix qui avaient compris que le départ serait donné à 8h30  vu les températures prévues en ce beau dimanche.
Je passerai sur la montée historique de la côte de Barbazan et sur les divagations qui ont suivi de part et d'autre de la crête au-dessus de Bernac et Vielle-Adour. A noter cependant la rencontre de trois chiens de type Idéfix qui avaient une dent contre nous. Est-ce la rencontre de ces gaulois qui donna l'idée à notre leader de partir à l'assaut du camp de César à Pouzac ? La légion s'ébranla en marche forcée, mais voici qu'à l'approche de la citadelle haut perchée, l'un de nos char, le plus neuf de la division creva d'une roue. Rapidement la cohorte fut divisée en deux et pendant que les plus gaillards prolongent l'aventure les autres guidés par le plus ancien en grade s'en retournent à leur cantonnement. Heureusement parmi les cinq légionnaires partis à l'avant, il y avait un scribe qui va nous raconter ce qui suit.
                                               SM

Alors qu’à l’entrée de Pouzac nous abandonnons deux superbes roses gauloises, leurs conjoints Sergix et Joëlix, escortés par le chef insoumis de la tribu du Val d’Azun, deux motorisés (l’un à l’électricité l’autre à « la machine ») et trois humains se dirigent vers la dernière difficulté du jour : la « butte » du camp de César et dans son prolongement « bouhaben ».

Sous la fraîcheur des frondaisons de l’épais bois qui tapisse « la butte » nous franchissons avec plus ou moins d’aisance une longue montée entrecoupée de faux-plats bienvenus. Au sommet de la côte, croyant atteindre « bouhaben » ce sera en fait « bouh ! et ben ! ».

La longue descente vers Trébons ne sera pas vraiment libératrice car une armée de schistes a barré le chemin tout le long. Enfin arrivés à Trébons ce ne fut pas pour nous la fête de l’oignon.

Rapide retour vers Séméac après avoir surfé sur la vague de chaleur en attendant le raz-de- marée du début de soirée.

MM

Publié le 12/06/2017 @ 19:18  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 28 mai - par Evasion VTT

Dimanche 28 mai

La Ballade italienne

 

Tiédeur napolitaine ce matin.

Au départ voici que se présente la campionissima, de maillot rose vétue, « Gégèna la motore »  accompagnée de son fidèle gregario «Joêlito ».

Puis la squadra des 3 « Michele » et enfin « Daniela la bomba » !

La fraîcheur des sentes du bois de La Barthe est vite oubliée dès l’ascension rythmée du « capi de barbazanno ». Un enchaînement de descentes et montées nous propulsera à bonne allure sur un chemin de crête au-dessus de Vielle-adour qui nous offrira un point de vue à 360 °.

Au loin, se dessine sur les pentes du Tourmalet l’ombre du géant Fausto Coppi. Arrivés au-dessus de Antist il est temps de retrouver la plaine…. aujourd’hui c’est la féta dalla Mama et Yvetta a sorti le « mattarelo » (rouleau pâtisserie) et nous ne voulons pas que « Michele des Padouens » arrive en retard. Sur la strada bianca nous soulevons la poussière car la vitesse du grupetto s’élève autant que la température.

« Joêlito » grapille quelques points et revêtira ce soir le maillot du renard des pancartes que lui disputera un peu plus loin « Daniela la bomba » qui a bénéficié d’un coup de jus de « Gégena la motore ».

Retour bouillant à nos foyers par un dernier passage sous les enivrantes senteurs du bois de labarthe traversé par ses monotraces « pacca sedere » (tape-cul).

mm

Publié le 28/05/2017 @ 20:18  Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMONTAGNE 1er novembre

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club

Derniers billets
- 05/12/2018 @ 09:18
VTT - dimanche 2 décembre ...
- 21/11/2018 @ 17:45
MONTAGNE ...
Archives
11-2018 Décembre 2018 01-2019
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

^ Haut ^