semeac evasion montagne
Se connecter
INFOS
météo

     Le mot du président

     Le CA

     Historique

     Programme & projets

     Calendrier des clubs

     Liens

     Presse

     Nous contacter

 

Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus - Archives

Archives 11/2018

VTT EVASION DIMANCHE 18 NOVEMBRE - par Semeac Evasion

Lourdes-Tarbes,

 

Dans le l'idée d'apercevoir les concurrents du mythique semi-marathon Lourdes-Tarbes il y avait 7 participants présents ce matin. Le long de l'Adour en direction de Soues, nous sommes les premiers à déranger un héron occupé à prélever sa pitance journalière, le ciel est bas, un petit vent de nord-est n'aide pas à réchauffer la mécanique. Sans difficulté nous traversons Laloubère et contournons l'hippodrome. Après les plaines d'Odos nous débouchons sur le polygone de Juillan, d'un bon rythme les toboggans en direction d'Hibarette sont franchis. A la sortie de Bénac le parcours se durcit un peu puisque nous nous dirigeons vers "le col d'Adé ", l'ascension assez longue ne présente pas de difficultés particulières, c'est surtout dans la descente que la concentration ne doit pas se relâcher, il est à noter que le groupe a pris de l'expérience si ce n'est de la sagesse. Alors que l'on domine Adé et la route nationale, nous sommes un peu déçus d'apercevoir la voiture balai qui clôture le Lourdes-Tarbes. Mais notre plaisir est tout autre puisque à Toulicou dans la sapinière, nous découvrons un étroit layon sans doute emprunté que par quelques animaux sauvages, sous la voûte des arbres et roulant sur un épais tapis de feuilles mortes on resurgit presque à regret sur une piste en direction d'Ossun. Autre découverte à Juillan où le coach sans préambule nous propulse dans une longue venelle dont la largeur avoisine les 80 cm, certain que Bastareaud même en trottinette ne pourrait y faire demi-tour. En conclusion c'est raté pour le passage des concurrents du Lourdes-Tarbes mais notre compteur indique que nous avons dépassé la valeur d'un marathon sur un circuit particulièrement apprécié.


                                    SM  

Publié le 19/11/2018 @ 13:31  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTTEVASION DIMANCHE11 NOVEMBRE - par Evasion VTT

 
 
Dimanche 11 Novembre

Les bolets de canon (dale)

Huit partants sur la ligne de départ, direction Orleix.
En cette pleine saison d'automne la conversation est aux palombes et aux cèpes, instinctivement les regards se tournent vers les talus et les bordures de bois . Enfouie dans le sac la poche en plastique salvatrice attend son heure. Quelques passages périlleux vers Sabalos nous obligent à être plus attentif à notre roue avant. Après Louit et les grandes plaines à maïs c'est la terrible montée vers Castelviehl, nous sommes rincés avant d'atteindre le lavoir qui indique les 30 derniers mètres les plus rudes. Sans quitter les crêtes et la piste boueuse nous arrivons à Marquerie. Vers les onze heures, au moment où toutes les cloches du pays carillonnent le centenaire de l'armistice, nous nous trouvons dans les bois de Hourc où nulle chapelle ne se fait entendre, occupés que nous sommes à décoller nos roues de la fange. Pour éviter le mieux possible de salir son vélo et ses soquettes blanches Yves passe sous une clôture pour rouler au sec, mal lui en prend car le premier qui sort du boyaux est stoppé par quatre magnifiques cèpes. Une recherche rapide ne nous permet pas d'augmenter le prélèvement. L'homme au "canondale" est désormais alourdi de quelques grammes de plus, ce qui sera fatal à son dérailleur au moment du passage du gué de la reinette. En rentrant les rescapés passeront solennellement devant la tombe de ce jeune hussard mort accidentellement quelques jours avant le déclenchement de la première guerre mondiale.

SM

Publié le 13/11/2018 @ 14:32  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT Evasion dimanche 4 novembre - par Evasion VTT

Dimanche 4 novembre

A l'aise à LHEZ

C’est à 7 que l’équipage quitte le quai de départ habituel dominical. Point besoin de voiles ce matin car le vent est parti accompagner les candidats à la route du rhum. Par contre, côté vapeurs, nous sommes bien équipés. Il est vrai que la fraîcheur incitait à se couvrir chaudement, mais dès la première côte – qui en annonce bien plus que les doigts d’une main- les thermostats mal réglés déclencheront l’ouverture immédiate des fenêtres ou de tout ce qui participe à la ventilation.

 La campagne en ce début d’automne est lumineuse et si parfois des panneaux annoncent des tirs à l’arme lourde rien ne viendra troubler la sereine progression du gruppetto qui, de saut de puce en saut de puce par les chemins tapissés de feuilles perdus dans les bois de l’Est séméacais, nous atteignons la fleur au canon (dale) les hauteurs de Lhez. Seule la pousse silencieuse et discrète des champignons réussira à ralentir les fins limiers qui ne trouveront, dédaigneux, que des têtes rouges ou blanches. Les limaces préfèrent les têtes noires bien faites.

Le franchissement du gué de l’Arrêt Darré au pied de Lhez annonce le retour au bain par la trajectoire habituelle qui ménage nos vieilles carcasses. Serge se remémore l’utilisation du grand plateau là où aujourd’hui nous passons avec le 34.Mais en toute lucidité il nous proposera une descente inédite parfois piquante dans le secteur de Piétat. Pour nous la messe est dite et un bouquet de houx à la boutonnière (attention il y a houx et houx ) nous voici de retour après une nouvelle sortie qualifiée de « trop bien ! ».

mm

Publié le 04/11/2018 @ 16:40  Prévisualiser  Imprimer l'article

Montagne 1er novembre - par par GH

GRAND LUXE

 

        Baudéan désert, 9h30, malgré une météo douteuse, nous nous engageons sur le sentier du tour de SERRIS. Nous sommes 17 aujourd’hui, une belle et bonne équipe. Comme d’habitude, départ un peu rapide qui réchauffe très vite les anatomies et provoque un déshabillage précoce. La pluie s’invite avant que nous quittions le couvert des arbres du sentier, peu gênante jusqu’à ce que nous débouchions sur la plaine d’Esquiou où un vent frisquet ajouté à une pluie plus intense nous fait douter de la suite à donner à notre expédition. Le moral n’est pas au beau fixe pas plus que le temps (jeu de mot ah ah). Adieu Monné. Pour éviter un désagréable repas sous la pluie, nous nous dirigeons laborieusement vers la cabane des chasseurs en suivant des chemins boueux, glissants et très humides, tracés au milieu des fougères et des ronces. La dernière butte franchie, nous constatons que ladite cabane est cernée par plusieurs véhicules. Mauvais présage, elle doit être occupée.

     O agréable surprise, O incroyable chance, elle est vide et bien chauffée. Les chasseurs, avant de partir courir vers le sanglier, ont allumé  le gros poêle à bois. Imaginez le plaisir que nous éprouvons, mouillés et frigorifiés, à manger au chaud et assis. Le grand luxe, si nous ajoutons que Michelle arrose son anniversaire avec un excellent vin blanc. Suprême élégance, les premiers rabatteurs revenus attendent dehors que nous ayons terminé notre repas. Qui pourra alors dire que les chasseurs ne sont pas des gens sympathiques ?

     Au retour, le temps s’est fait plus clément. Ce qui donne des idées à certains. Pourquoi ne pas gravir les derniers hectomètres qui nous séparent du sommet  du Monné ? Le groupe se divise alors en deux. Pendant que les uns poursuivent jusqu’au sommet, les autres redescendent et attendront à l’abreuvoir, plus bas, parmi les innombrables chevaux encore en liberté. Regroupés, nous terminons la descente par l’autre versant du vallon de Serris. Et encore une fois, Lolita bousculera ses tables et ses chaises pour nous servir boissons chaudes ou rafraichissantes.

     G H

Publié le 02/11/2018 @ 17:27  Prévisualiser  Imprimer l'article
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMONTAGNE 1er novembre

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018 12-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

^ Haut ^