sémeac évasion vtt
Se connecter
INFOS

Téléchargez votre bulletin d'adhésion 2018 en cliquant ici

 

 BRM 200 & BRM 100 Audax le samedi 17 mars 2018 au départ de Séméac

météo
Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus - Montagne

Montagne

099 Le Barassé  -  par Huberdeau

                                                         LE BARASSE

                                  Michelle C, Pascale L, Jean Pierre E  et Gérard H.

         Eh bien nous y sommes revenus. Après notre passage au Serpolet il y a trois jours, nous nous étions promis de revenir ici avant les premières neiges et de gravir le pic Barassé.

         Ce matin donc, nous nous retrouvons une nouvelle fois  à la Mongie, vers 8 heures avec la ferme intention de parvenir au sommet. Nous amenons avec nous Pascale, la seule qui ait répondu à l’invitation « internetique » de la veille. Cette fois-ci, nous prenons sagement le départ aux ‘’ étiquettes’’ tracées sur le vieux tuyau en béton en bas des pistes. Montée agréable à la fraîche sur le sentier bien connu de nos chaussures jusqu’au sommet du Serpolet. Passage obligatoire à l’antenne pour Pascale qui n’était jamais montée jusque là. Pas le temps de rêver ici, notre pic nous est apparu là-bas, haut et lointain, impressionnant vu d’où nous sommes.

       Nous perdons un peu d’altitude jusqu’au petit col et rejoignons le grand cirque sauvage et froid. Le soleil est de la partie aujourd’hui mais il ne parvient pas encore jusqu’aux  rochers qui vont devenir notre terrain jusqu’en haut. Ici, c’est une impression d’austérité qui domine. L’herbe, même chétive, n’existe plus. Du caillou et encore du caillou. Nous calculons notre itinéraire, relativement facile à définir : montée tout droit dans le grand pierrier jusqu’au pied des falaises du pic de Pène Blanque, puis virage sur la gauche au-dessus d’une haute barre rocheuse. Le tout semble assez pentu mais pas trop difficile à franchir.

        Quelques cairns mal disposés ça et là, parfaitement inutiles, nous montrent que d’autres sont passés par là. La montée n’est pas commode. A chacun de trouver son chemin, de choisir les rochers les plus solides, les moins croulants. Nous arrivons au-dessus de la barre rocheuse. Redoublons de prudence, la chute serait douloureuse, au moins pour les pantalons et aussi pour ce qu’il y a dessous. Le vide se creuse tout doucement, mais sûrement. Nous arrivons au pied de la falaise. C’est de plus en plus raide mais nous rencontrons un peu d’herbe rabougrie et surtout quelques petites marches terreuses qui facilitent notre montée. La cime arrive enfin, toute proche.

                                 « Qu’il est bon le moment où apparait plus haut

                                   La pointe du sommet où cesserons nos maux »

         Encore un petit effort et c’est la victoire. Hélas, catastrophe, ce n’est pas le vrai sommet. Le vrai, il domine un peu plus loin, un peu plus haut. Qu’importe, un petit coup de rein supplémentaire et nous voilà sur la cime. La plus haute, certes mais une nouvelle surprise nous attend. Le bâton planté sur le gros cairn sommital se dresse un peu plus loin. Une petite et courte arête rocheuse, un peu exposée, nous en sépare. En quelques minutes nous la franchissons pour enfin caresser les cailloux de ce cairn. La vue est splendide sur la vallée de la Mongie, de Campan, sur les lacs de Caderolles, de Grésiolles et sur tous les sommets environnants. Encore chauds de la montée, nous repassons vite la vilaine petite arête pour rejoindre la pointe la plus haute et enfin s’offrir le traditionnel Ricard de la victoire avant d’ouvrir nos sacs de victuailles. Quoi de plus merveilleux alors que de se dorer au chaud soleil de novembre sur un point aussi haut !!!!! La solitude parfaite ? pas tout à fait : la bas sur le pic de Pène Blanque, des silhouettes s’agitent. Un jour prochain, nous le gravirons aussi, c’est promis.

Quelques appréhensions pour entamer la descente. Il est vrai que, vu d’en haut, le pierrier reste impressionnant pour qui n’a pas l’expérience de ces terrains. Mais tout se passe très bien, J’ai laissé à la maison mes bâtons ultra- légers en duralumin pour m’équiper de mon gros bon bâton ferré et il fait merveille dans les éboulis. Je peux descendre en « ramasse » en toute sécurité. 

       De retour au petit col, ironiquement je propose de descendre par le sentier si dangereux emprunté il y a trois jours, mais je reçois un non ferme, catégorique et sans discussion. La Mongie est vite là. Quelques gros avions militaires viennent un instant troubler le calme du site. Quelle belle journée !!  

                                                                                                    G  H

 

                   

Publié le 10/11/2014 @ 23:00  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club


Derniers billets
Archives
01-2018 Février 2018 03-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

^ Haut ^