semeac evasion cyclotourisme
Se connecter
INFOS
météo
Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus - vie du club

vie du club

VTT MARCHE Léon 2017  -  par Semeac Evasion

Samedi 6 et dimanche 7 mai 2017.


Week-end de marche de Séméac Evasion à l'Etang de Léon

 

Dès le samedi après-midi les marcheurs de Séméac Evasion ont anticipé les résultats électoraux du
lendemain, en se mettant "En Marche". Après l'installation au village sous les pins de Léon, orchestrée
par Michel Mombet, sous l'oeil bienveillant du trésorier Francis Dubourdieu, la petite troupe
composée de 19 participants monte dans les minibus super confortables pour se rendre au lieu dit
"Pichelèbe", point de départ de notre randonnée. Nous avons regretté l'absence de Claude Dejean,
Bernard Bessou et son épouse, retenus en Bigorre pour des raisons de santé. Nous avons eu une pensée
pour eux et leur souhaitons de pouvoir se "rattraper" à l'occasion des prochaines sorties prévues par le
club.
Sous la houlette de Pierre Mombet, nous empruntons le chemin de randonnée qui longe les berges du
courant d'Huchet classé réserve naturelle depuis 1981. Nous cheminons sur un sentier sinueux dans
une forêt assez dense composée de chênes-lièges et de pins, en nous dirigeant vers l'Océan. De temps à
autre le sentier se rapproche de la berge et nous permet d'entrevoir le courant d'Huchet et sa forêt
galerie. Sur les berges du courant on peut observer des aulnes et des saules, essences d'arbres bien
adaptées au milieu humide et marécageux, dont les branches se rejoignent au dessus de l'eau d'une
berge à l'autre formant ainsi une galerie. A mi-parcours environ, avant d'arriver à la dune, nous entrons
dans une forêt de pins maritimes dont les plus exposés ont subi les outrages de la mécanique du vent
chargé de sel et de sable. Squelettiques, noueux, tordus, ces arbres sont le témoignage d'un long
combat pour leur survie et, tels des héros ils offrent le spectacle de "morts toujours debout". Au bout
de 2 km le courant d'Huchet vient buter sur la dune, l'obligeant à un changement de direction à 90°
vers le Sud. Nous entrons dans la partie sableuse du parcours, les pieds et les mollets sont mis à rude
épreuve, la progression se fait plus lente et avec moins d'aisance. Mais déjà l'air iodé de l'Océan qui se
trouve juste derrière la dune remplit nos poumons. Le sentier prend un peu de hauteur ce qui nous
permet d'avoir une vue d'ensemble sur les marais d'arrière dune parsemés de petits plans d'eau. Petit à
petit la dune s'estompe pour laisser une brèche qui permet au courant de mêler ses eaux à celles de
l'Océan. Nous arrivons sur la plage Nord de Moliets sous un soleil radieux où déjà quelques personnes
viennent profiter du beau temps au bord de l'eau . La diversité des zones que nous avons traversées
abrite une flore abondante et protégée que nous avons pu apercevoir rapidement, mais qu'une
observation et une identification détaillées auraient nécessité d'y passer beaucoup plus de temps. La
diversité et l'abondance de la faune y sont également présentes (mammifères, oiseaux, poissons,
amphibiens, reptiles...) alors que le calme ambiant laisse à penser que la vie y est inexistante. Ces
observations sont réservées à ceux qui se lèvent tôt y qui ont du temps à y consacrer. Depuis la plage
de Moliets nous faisons un retour tranquille par un sentier qui traverse la pinède ce qui nous permet de nous enivrer des effluves printanières de résine de pin.
Après une nuit calme et réparatrice, dès 8 H du matin les vététistes ont enfourché leurs vélos et les marcheurs ont remis les chaussures et leur sac à dos pour se rendre à Léon, point de départ des randonnées (VTT, cyclo et randonneurs) organisées par les associations sportives de Léon. Tous regroupés sur le même lieu, d'un seul coup d'oeil on se rend compte que les vététistes représentent 90% des participants. Avant le départ j'ai remarqué que les vététistes de Séméac Evasion regardaient avec admiration et inquiétude tous ces mollets bien calibrés, fruit d'un entraînement assidu. Après le départ des vététistes, une cinquantaine de marcheurs se retrouve dans le box de départ, Séméac Evasion représentant bien le tiers de l'effectif total. Nous voilà partis à l'assaut des 10 Km proposés par une organisation parfaite. Nous traversons le village de Léon encore assoupi à cette heure matinale et nous nous dirigeons vers les bords de l'Etang. Dès les dernières maisons nous pénétrons dans la partie boisée de la rive Est de l'Etang, opposée au courant d'Huchet. Immédiatement on sent la quiétude des lieux, le silence à peine troublé par ces adeptes de vélo et de marche. Nous progressons sur un sentier de forêt tapissé d'humus comme pour étouffer le bruit de nos pas afin de ne pas déranger cette faune invisible, mais certainement bien présente en ces lieux hospitaliers et protégés des agressions des comportements de l'homme, pas toujours très écologiques. De temps à autre le sentier longe l'Etang et l'on peut admirer le plan d'eau paisible, sans une ride, enveloppé d'une légère brume matinale où les nuages se reflètent dans l'eau. Au loin une barque de pêcheur, un cygne posé là comme par hasard pour satisfaire les photographes amateurs avides de "pixeliser" ces scènes bucoliques. Nous longeons des voies d'eau, des canaux dont les berges sont habitées par une flore aquatique abondante et chatoyante pour nos yeux. Des barques multicolores viennent compléter cette palette de couleurs en harmonie totale avec le décor naturel. La deuxième partie du parcours est moins captivante, on quitte les abords de l'Etang pour rentrer dans la pinède par un chemin agréable. Après un détour en terrain boisé de chênes et de pins, nous revenons dans les faubourgs Ouest de Léon où nous découvrons des arbres décorés en l'honneur d'un évènement familial. Il s'agit d'une tradition typiquement Landaise "la mayade", fête réalisée à l'occasion d'un mariage, retraite, anniversaire.... La boucle est terminée, nous retrouvons nos vététistes en bon état malgré quelques avatars qui vous sont relatés par le billet de Serge Monlezun, la plume humoristique des vététistes.
Le week-end à Léon s'achève dans une bonne ambiance, la tête déjà tournée vers le Capcir.
GL

 

VTT : les déchaînés de Léon

 

Samedi 6 mai

Le temps était parfait pour ce week-end dans les landes, huit vététistes et une vingtaine de randonneurs se retrouvent au village sous les pins à Léon, vaste domaine de 70 ha parsemé de bungalow, piscine, tennis, restaurant et même un terrain de rugby.
Après un repas prit sur le pouce nous sommes impatients d'enfourcher nos bicyclettes pour découvrir les itinéraires déjà explorés par nos deux Michel. Très vite nous atteignons les rives d'une paisible rivière alimentant l’étang de Moliets, à peine si nous dérangeons les oiseaux et autres ragondins qui vivent leur vie sur ce site protégé. L'étang apparaît d'un bleu que l'on pourrait qualifier de "marine" vue les circonstances électorales mais que l'on désignera tout simplement "bleu de France". Empruntant des pistes sinueuses et sableuses au milieu des pins, nous voici à Messanges, un coup d’oeil sur l'océan paisible et passage sous le sémaphore. C'est là que Mario, voulant se dégager fougueusement des sables mouvant casse sa chaîne, après inventaire des sacs, un maillon rapide de bonne dimension est mis en place et nous voilà repartis vers Vieux Boucau slalomant à travers les premiers touristes pour faire le tour du lac et rejoindre notre base à vive allure par la piste cyclable. Le soir venant, le moment est propice pour boire un verre et échanger sur cette belle journée avec nos amis marcheurs. Le repas au restaurant très apprécié sera suivi par une brève promenade digestive, il n'est pas tard mais demain une épreuve pleine de promesses nous attend.
Et la nuit fut courte ……

Dimanche 7 mai

Nul besoin de réveil pour se retrouver sur nos vélos avant huit heures car le but principal de ce week-end était de participer à la fameuse rando de Léon. Dans la fraîcheur matinale nous filons sur le lieux de rendez-vous, belle ambiance, musique, café chaud, accueil chaleureux. Parmi les 350 participants nous ne sommes pas les moins motivés. Dès le départ nous sommes quelque peu déchaînés, à peine si l'on distingue les barques paresseuses amarrées le long du canal alimentant l'étang de Léon, quant aux animaux ils se blottissent au fond de leurs terriers laissant passer cette horde tapageuse. Très vite la nature reprend ses droits et les plus forts nous doublent sans un regard de complaisance, quelques chutes finissent par nous rendre encore plus sage. Je confirme après un roulé boulé, qu'une bonne pression sur un lit de bruyère fait ressortir les arômes de ces plantes, mélangé à l'odeur des pins cela en est presque enivrant... Après un craquement sinistre dans un passage périlleux, Mario a la confirmation que sa chaîne a de nouveau cédé, mais cette foi rien pour réparer jusqu’à l'arrivée d'un organisateur muni de tous les accessoires nous permettant de repartir. Après cet incident, nous avons avec nous, le "maillon faible" et la sagesse nous impose le plan B nous faisant emprunter un trajet plus allégé mais fort intéressant tout de même dans cette forêt landaise, dopés que nous sommes par les embruns iodés de la nuit et caressés par les fougères naissantes nous rejoignons la ligne d’arrivée sans le moindre retard.
Après un dernier repas pris en commun avec les marcheuses et les marcheurs, il faut nous séparer mais en se promettant de se revoir très vite en de nouvelles aventures.
SM

Publié le 12/05/2017 @ 17:25  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club


Derniers billets
Archives
06-2018 Juillet 2018 08-2018
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

^ Haut ^