sémeac évasion vtt
Se connecter
INFOS

Téléchargez votre bulletin d'adhésion 2018 en cliquant ici

 

Journée Gers 2018

Vélo et Marche à Aignan, samedi 22 septembre

météo
Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus - marche

marche

Marche et VTT Leon 2018  -  par Evasion Marche et VTT

Dans les Landes : Venise

 

« Venise n’est pas en Italie, ….

C’est où tu vas, c’est où tu veux,

C’est l’endroit où tu es heureux ».

 

Les vingt et un bigourdans, et particulièrement les seize marcheuses et marcheurs, confirment cette ballade interprétée par Serge Reggiani après deux jours passés autour du lac de Léon – pas à Bayonne, mais dans les Landes ! -.

Le ciel landais nous accueillit d’une belle façon. Les nuages s’effacèrent, le soleil irisa le lac. Il n’y a pas meilleure invitation à la balade-navigation et découverte de la Réserve naturelle d’Huchet. Quelques quinze intrépides, femmes et hommes, embarquèrent – certains le pied moins marin que d’autres - sur de sympathiques et frêles esquifs. Et l’aventure commença sous l’autorité de commandants de bord (le souvenir du Titanic parcourait quelques imaginations !), des hommes du cru qui avaient raccroché les crampons pour se faire bateliers, à la faconde autant intarissable qu’inexpugnable.

Nous naviguâmes quelques dizaines de minutes sur une partie des 340 hectares du lac découvrant, en bordure les postes de chasse, dans les marais et les tourbières les nénuphars à la floraison naissante, les cygnes jouant à cache-cache dans les massifs d’iris jaunes, les osmondes royales, variété de fougères pouvant atteindre 1,5 mètre de hauteur, les aulnes, les saules dont le bois servait à la fabrication des sabots. Au loin, des cols verts dont certains jouaient à l’hydravion et d’autres paressaient sur les flots, indifférents, parce qu’hors de portée, des inoffensifs croisiéristes.

L’aventure commença vraiment lorsque nous entrâmes dans le courant d’Huchet. Le saut de la passe de la Nasse fit de nous, jusqu’alors simples excursionnistes, des.…..explorateurs ! D’autres, bien plus illustres, avaient tenté l’aventure, et réussi, certainement gratifiés d’un bon plat d’anguilles à la persillade. Le risque de naufrage était donc réduit, quoique sans conséquence sur les destinées du pays, mais non éliminé, la suite le confirma. L’expérience et l’adresse de nos guides, dont quelques facéties firent parfois monter l’adrénaline dans nos corps passifs, nous mena à travers les branchages et la voûte des arbres au débarcadère naturel « l’Ile aux chênes ». Et là, le péril guettait… Est-ce l’effet de la marée, une barque se déroba sous les pieds d’un de nos amis, grand gaillard au demeurant, qui, l’espace de quelques secondes, se mua en homme-amphibie. Les gestes de réconfort n’étouffèrent pas pour autant les gloussements de ses marinières… L’aventure prit un tour plus paisible, malgré quelques souches sournoises en embuscade, et conduisit notre équipe, rejointe par une amie hydrophobe, à l’embouchure de l’exutoire (1) océanique du lac de Léon où le sable de la plage de Moliets prépara nos mollets pour le lendemain.

Cette après-midi de mise en jambes, tant pour les marcheurs que pour les vttistes, fut une excellente préparation à la grande journée léonnaise de marche, trail et vtt. Reconnaissons-le, la durée de l’échauffement fut en rapport avec le nombre de nos printemps… Mais, le bon esprit, un tantinet taquin, le compagnonnage du vert des pins et de l’azur qui font le charme de la nature landaise, – outre, bien sûr les autres atours et atouts de ce pays cher au cœur de la tribu des Monts Bets – fit oublier courbatures et lombalgies. Ainsi, le Séméac-Evasion club prit une place honorable et respectable parmi le nombre impressionnant de participants.

Nous ne monterons pas les marches du festival de Cannes 2018, mais avec un tel scénario et de bons cameramen, l’édition 2019 ne nous est pas interdite. Nous avons déjà d’excellents acteurs et dans tous les genres, reste à solliciter le producteur.

 

De notre envoyé spécial sorti, à titre exceptionnel, des grottes ariégeoises.

BB

  1. Huchet vient du gascon « uischet » qui signifie « exutoire »

 

 

 

 

Samedi 5 et dimanche 6 mai, Léon.

 

 

Samedi

​Aux environs de midi sur les bords du lac de Léon, nous étions 21 bien décidés à profiter du soleil landais, 21 oui mais il n'y avait que 5 vélos, les autres optant pour une digestion lente embarqués au fil du courant d'Huchet. La balade vélo est prévue en mode détente, jamais très loin de la côte. Blondes sont les dunes dominant le parcours de golf, blonde est la plage où nous sommes tentés de rouler, dessinant des traces éphémères jusqu'à la prochaine marée, blonde la bière fraîche dégustée sur la terrasse du bar de la plage. Ainsi détendus, on ignorait qu'à quelques kilomètres à peine se jouait un drame: chacun sait que le marcheur aime le contact du sol sous ses semelles, ainsi bien campé sur ses jambes à la proue d'une des barques, notre ami André, tel un GI sur les plages de Normandie tente un débarquement, la traîtresse de barque se dérobe sous lui et s'est le plongeon. Aucun secours ne viendra des autres passagers se tenant les cotes au fond de l'esquif. André émergera enfin parmi les algues et la vase du cours d'eau, il n'a désormais qu'une hâte, cs'est de rentrer chez lui, et prendre un vrai bain avec parfum lui permettant de passer une belle soirée.

Et la soirée fut belle

« Sur la plage ensoleillée,

coquillages et crustacés"



Dimanche

Sur la zone de départ de la randonnée de Léon, 366 vététistes se pressent, la musique est à fond, à peine entrecoupée par le grésillement d'un drone nous mitraillant de photos. Enfin libérés c'est l'appel de la forêt. Une partie du lac de Léon est contournée par des pistes plates à peine sablonneuses puis très vite des mono-traces nous dirigent sur les premières hauteurs. Suite à un choc avec un morceau de métal à l'entrée d'une passerelle, un dérailleur est endommagé occasionnant un premier ralentissement. Le parcours maintenant exigeant éprouve les participants et le matériel, au bas d'une montée sévère la chaîne est rompue, la réparation laborieuse consomme un temps précieux. Pas encore découragée la troupe se bat jusqu'au dernier ravitaillement où une musique reggae nous remet le cœur à l'endroit. Nous jouons encore de mal chance dans les derniers kilomètres puisque un vélo refuse toute sollicitation de son pilote, la roue libre tournant dans le vide, des crampes se mêlent à la partie et c'est en mode poussette que l'on franchira la ligne d'arrivée dans les temps prévus. Malgré ces problèmes mécaniques on ne retiendra que la bonne ambiance et l’excellent accueil qui a régné pendant ces deux jours au village sous les pins 

 

SM

Publié le 08/05/2018 @ 16:46  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club


Derniers billets
Archives
08-2018 Septembre 2018 10-2018
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

^ Haut ^