semeac evasion montagne
Se connecter
INFOS
météo

     Le mot du président

     Le CA

     Historique

     Programme & projets

     Calendrier des clubs

     Liens

     Presse

     Nous contacter

 

Galerie photos

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Comptes rendus

Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

VTT - dimanche 25 aout 2019 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 25 août 2019



Les "cacatres"

Du G7 (groupe de 7) de la semaine dernière ne reste que 3 membres de l'élite.

La délégation restreinte se dirige vers les crêtes par la côte de Barbazan et très vite prend la direction de Hitte. Nous nous engageons sur une piste fraîchement défoliée au sol miné aux ornières comme bombardées, cela ne nous rassure pas. Nous faisons demi-tour, bien nous en a pris car nous étions sur le circuit emprunté par les "cacatres" : ronde organisée par les trucas taoulets de Montgaillard. Nous croisons ces monstres boueux et polluants, certains en mauvaise posture dans des passages périlleux. Le périmètre rouge de première sécurité étant dépassé, la délégation décide de rejoindre sa zone protégée. Le protocole prévoyait un repas dominical ordinaire mais l’œil exercé de Michel D lui permet de découvrir un magnifique cèpe qui annonce une bonne cueillette dans les jours à venir. Toutefois une chose est sûre, il n'y aura plus de champignons là où sont passés les "cacatres.


                           SM 

Publié le 27/08/2019 @ 12:11  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - dimanche 18 aout 2019 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 18 aout 2019


Le col d'Adé,

Nous étions 7 ce matin, 4 n'écoutaient pas, 3 s'en foutaient, il était pourtant important de choisir une destination pour cavaler en cette belle matinée de mi-août. Le col d'Adé est retenu à l'unanimité moins 6... Ce passage entre Bénac et Adé, nous l'empruntons au moins une ou deux fois par an, l'important est de choisir une période sèche car le versant ouest présente des passages glissants et boueux. Pour bien s'échauffer rien de mieux que de virevolter par la plaine de Momères, frôler le pied de la montée vers la croix de st Martin et finir au sommet de Bellevue. Il ne reste alors qu'à se griser dans la descente vers Hibarette, atteindre Bénac et mettre le cap vers le col par la rue du bois. N'en déplaise à Philippe qui était parti pour un grand raid vers d'autres cols plus prestigieux, cela sera la dernière grosse difficulté de la journée. Pourtant à l'initiative de quelques caprices ou de désirs bien formulés nous nous offrirons encore quelques fantaisies pour clôturer en beauté ce raid sur le col d'Adé.


                                       SM

Publié le 25/08/2019 @ 21:07  Prévisualiser  Imprimer l'article

QUE D'EAU QUE D'EAU - par Semeac Evasion Montagne

Mercredi 14 août 2019

QUE D’EAU, QUE D’EAU

     La demi-surprise du jour est de constater que la route de Bious est fermée. Nous sommes le 14 août. Un jeune employé municipal bien sympathique nous explique que dès 8 h ce matin, le parking du haut était saturé. Reste pour  nous à nous garer dans le cloaque du bas et à ajouter 110 m au dénivelé de la journée.

      Au lac, beaucoup de véhicules, de montagnards anciens sobrement vêtus, de randonneurs d’un jour plus bariolés, amoureux de la montagne et accompagnés d’enfants qui aimeraient peut-être mieux courir sur une plage. Nous prenons la piste et déjà beaucoup moins de monde. Après la bifurcation où il est écrit « tour des lacs » plus personne. Nous nous engageons sur le grand circuit des lacs, beaucoup plus long. La piste plate (mais où sont les 700 m de dénivelé ?) nous mène sans effort à la cabane de Cap de Pount puis à la cabane de la Hosse et voilà devant nous le mur à franchir. A l’abord des cabanes, des pancartes indiquent : fromage à vendre. Ici pas d’intermédiaire et tant pis pour les  mouches et les normes européennes.

      Vient alors la rude montée jusqu’au lac Castérau , puis au col et enfin au lac Bersau. Emportés par  notre élan, nous avons négligé le minuscule  lac Paradis, à peine entrevu, un peu hors du circuit.  Au lac, nous revenons à notre vie antérieure en mangeant au Bersau. (ah ah ah, colossale plaisanterie) Une tentative de baignade se solde par un trempette des pieds, mais pas trop haut, la  baignoire n’étant  pas encore reliée au circuit d’eau chaude.

     L’estomac bien garni, les yeux pleins de belles images, nous plongeons vers un nouveau lac, le Gentau en négligeant le refuge d’Ayous tant il est envahi par le monde des touristes, ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas monter plus haut. Les appareils crépitent davantage, le pic du midi d’Ossau, le Jean Pierre  étant  omniprésent. Sa colossale masse fourchue, attire sans cesse les regards. Mais la photo traditionnelle et universellement connue  du reflet du pic sur le lac ne sera pas pour aujourd’hui : une légère brise trouble le miroir des eaux du lac Gentau.

     Nous poursuivons ensuite la descente en frôlant le minuscule lac Miey puis le lac Roumassot. Bonjour, pardon, merci, nous croisons la foule montante de ceux qui vont coucher au refuge ou des marcheurs d’après le café, avant de s’engager dans la fraîcheur  bien agréable du sentier de la forêt qui nous ramène à la bifurcation entrevue ce matin. Et, plus on avance, plus la foule des marcheurs grossit (voir mon théorème). Encore un petit effort et nous pouvons déguster une boisson fraiche à la buvette du lac. Belle journée montagnole agréable et peu difficile.

       G H

Publié le 15/08/2019 @ 17:20  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - dimanche 11 aout 2019 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 11 Aout 2019

VTTing in the rain

5 VTTistes à l'appel  ce dimanche matin, sous un ciel gris chargé de menace.

Les plumes, bien inspirées, sont restées... sous la couette.

Le CR sera donc bref.

Décision est prise de ne pas trop s'éloigner de la base : courageux mais pas téméraires.

MD et MP nous emmènent sans problème jusqu'à la forêt de Castéra Lou. Là la pluie devenue moins éparse nous indique le chemin du retour. Quelques petites figures dans le chemin devenu boueux confirme qu'il est temps de rentrer...

Rincés mais contents.

PG

https://www.openrunner.com/r/10358357

 

Publié le 11/08/2019 @ 18:00  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - dimanche 04 aout 2019 - par Semeac Evasion VTT

Dimanche 4 Aout 2019

Reprise sèche,

La plume lustrée, notre coach propose une sortie de reprise vers le lac de l'Arret-Darré. Les 7 participants s'acheminent vers la discrète côte de Piétat qui nous verra émerger à l'arrière de la chapelle. Bien échauffés nous filons vers Lansac et Laslades, Yves tient absolument à faire le tour complet du lac assuré que les pistes sont bien sèches. En effet le sol répond bien sous nos pneus, pas la moindre humidité. En arrivant sur la digue le plan d'eau apparaît sous son niveau critique seulement égayé par quelques paddles et autres esquifs récemment autorisés à naviguer. Le circuit par la rive Est d'ordinaire plutôt sportif s'avère assez facile et rapide. Le coté opposé ombragé offre plusieurs options, nous choisissons celle qui nous permet d'atteindre Laslades le plus rapidement possible. La plume luisante, le coach compte les coteaux qui restent à franchir, le dernier nous verra transpirer sous la palombière d'Antonio et enfin la délivrance au pied du bois de Labarthe.

                                  SM

https://www.openrunner.com/r/10324355

Publié le 11/08/2019 @ 17:28  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - dimanche 28 juillet 2019 - par Semeac Evasion VTT

dimanche 28 juillet  2019

Un dimanche d'été

Serait-ce l'effet de la canicule, une overdose de télé devant le tour de France, l'appel des vacances? Notre groupe a traversé juillet en y laissant des plumes. Ou plutôt ses plumes, la titulaire et la mystérieuse...

Le CR sera donc bref.

Nous sommes 4 à l'appel (dont 3M : scotchant non ?), et nous validons la proposition de MD d'aller vers les Puyoles. Dès lors le parcours apparait comme une évidence : côte de Barbazan pour s'ouvrir l'appétit, puis de Montgaillard  la montée du chemin du Sarrat pour se rapprocher de Loucrup, un petit raidard pour atteindre Les Puyolles, une belle descente pour retrouver le plancher des Tarbais et c’est déjà le retour vers Séméac.

Temps magnifique, vue superbe sur nos belles montagnes, pistes à peine détrempées… Mais quand même, il manquait quelque chose... Une voix sans doute…

PG

https://www.openrunner.com/r/10291675

Publié le 02/08/2019 @ 21:02  Prévisualiser  Imprimer l'article

CHABARROU - par Semeac Evasion Montagne

CHABARROU

 

      Atteint sans doute par l’ivresse des cimes, par une brusque bouffée de poésie et suite à une remarque d’un participant sur les trop nombreux cailloux du sentier, notre ami Michel Dupuy nous offrit cette phrase autant soudaine que sublime :    

              «  UNE MONTAGNE SANS CAILLOUX C’EST UNE DUNE »

  Splendide phrase qui nous fit oublier un court instant la dureté de la marche dans ces cailloux. Car, de  la caillasse, il y en  eut beaucoup aujourd’hui.

        Nous partons donc ce matin du grand parking du Pont D’Espagne avec, dès le départ, un gros grain de sable dans notre dune : ouvrir la barrière avec un ticket de stationnement payant. Nous nous consolons en songeant que la sauvegarde et la propreté de la montagne sont à ce prix.

      Peu de monde à cette heure matinale sur le sentier caillouteux du lac de Gaube.  Un soleil éclairant d’un ocre lumineux le sommet  de la Pique longue et de ses vassaux nous offre une image digne d’une carte postale. Sa face nord et ce qui reste de son glacier vont nous accompagner tout au long de notre progression. Longer les rives du lac de Gaube sur des grains de sable gros comme des pavés n’est guère facile pour une marcheuse nouvellement adepte de la montagne mais tout s’oublie devant la beauté du paysage qui nous entoure. Le sentier qui mène aux Oulettes de Gaube est un peu long mais facile. Si facile qu’une participante à l’allure trop rapide, emportée par son élan, néglige le gros, que dis-je, l’énorme cairn qui marque le point où l’on doit quitter ce sentier si confortable pour une grimpette vers le lac convoité. Heureusement elle corrige elle-même son erreur. La suite de la montée est beaucoup plus ardue et usante. Adieu le confort de la piste presque plate.  Catherine, notre nouvelle recrue montagnarde comprend vite la différence qui existe entre une marche en plaine et un parcours en montagne. Nous montons tous lentement mais régulièrement sauf Philippe et Michel, plus rapides, qui accélèrent le pas pour mettre dans la fraicheur des eaux du lac Chabarrou les bouteilles offertes par Philippe pour son anniversaire. Toujours aussi vaillants, ils redescendent afin d’aider les plus fatigués dans les passages les plus délicats.

    Et nous voilà tous au lac Chabarrou, but de notre sortie d’aujourd’hui. Pas très grand, pittoresque et presque désert, il se cache dans un grand cirque sauvage et minéral. A nous alors le plaisir d’une bonne dégustation de bon vin, et d’un repos trop court mais bien mérité. C’est à la descente un peu pénible  comme toujours, que Michel aura sa phrase de génie. Hélas, jusqu’aux voitures, nous retrouvons la foule disparate et bigarrée de ceux qui préfèrent les cailloux  aux grains de sable d’une dune. La bosse du Pilat n’a pas la saveur des pentes de Gaube, alors que vivent les cailloux. Pardon, bonjour, merci, nous croiserons ou doublerons tout ce monde jusqu’au parking. Bravo à tous avec une mention spéciale à Catherine I pour son admirable début en montagne.

Les participants : Michelle, Christian et Clément C, Catherine et Philippe I, Michel D, JP E, Martine G, Jacqueline C, Pascale L, Gérard H.

                     GH

Publié le 01/08/2019 @ 09:53  Prévisualiser  Imprimer l'article

Vagabondage en altitude - par Séméac Evasion Montagne

VAGABONDAGE EN ALTITUDE

 

     A l’Hospice de France ce lundi 22 juillet, déjà un peu de monde circule  sur les parkings. Devant nous se dessine le décor de la rando de notre journée. C’est une puissante muraille coiffée d’une crête qui parait inaccessible tant elle est haute et redressée. Elle ferme comme un verrou un vaste vallon large et encore très verdoyant.  Un sentier large et de faible pente va pourtant nous monter jusque là-haut, sentier admirablement tracé et aménagé par des générations d’anciens. Combien de contrebandiers, de maquisards, d’évadés, d’émigrés, de bergers et maintenant de touristes et de montagnards l’ont emprunté ? Il n’est qu’à lire l’usure de certaines pierres aux passages délicats.

     Dès le départ, comme au tour de France, les gros marcheurs s’échappent et les derniers, de leurs pas de sénateur, écrivent leurs randonnées en  solitaire. Pourquoi se presser devant un si joli décor? C’est la grande excuse des trainards ou des philosophes. Ce sentier, à coups de zigs et de zags réguliers, un peu monotones franchit cette muraille si rébarbative vue de l’Hospice. Et tout le monde arrive au refuge de Venasque fait de constructions disparates, pas très jolies, un peu comme une injure faite à la beauté des lacs, les booms du port qui lui servent de parure. Une merveille qui fait cliqueter les obturateurs. Mais là n’est pas le but de la journée. Sur la gauche, encore invisible, se cache le port de Venasque environ 200 mètres plus haut. Malgré les jambes un peu lourdes pour certains, la troupe entame la montée vers ce port mythique. Plus nous prenons de l’altitude, plus la beauté des booms se dévoile. On dirait des perles incrustées dans la rocaille ocre du sol. Le bleu intense des eaux rappelle la splendeur des saphirs.

       Un dernier effort, un dernier coup de rein et  nous franchissons la curieuse échancrure du port, comme si le coup de sabre d’un géant avait rompu l’arête frontalière pour permettre le passage entre deux pays. Ce que nous découvrons paie, oh combien, les efforts accomplis pour se hisser jusque-là. Toute la chaine de la Maladeta et même au-delà s’étale devant nos yeux. C’est une collection inouïe de sommets de 3000m et plus avec, cerise sur le gâteau,  l’Aneto et ce qui reste de son glacier, point culminant des Pyrénées à 3404 m. C’est une merveilleuse surprise pour ceux qui découvrent le spectacle, le même bonheur pour ceux qui sont déjà venus là. Quelques pas et nous passons en Espagne manger nos provisions sous une chaleur torride que nous oublions devant ce si beau panorama. Nous retournons en France rejoindre nos lacs et, sur leurs rives, nous octroyer une pause, un bain et une succion  de doigts de pieds par des vairons voraces.

    Une longue, longue descente nous ramène à l’Hospice de France où nos gosiers desséchés  apprécient fort  les boissons fraiches d’une jolie serveuse oubliant parfois les commandes passées. Quelques bourricots adorables viennent nous tenir compagnie.

   Les participants : Michelle et Christian C, Martine B ; Martine G, Cathy, JP, Miche D,  Clément et Gérard

GH

Publié le 25/07/2019 @ 11:17  Prévisualiser  Imprimer l'article

VTT - dimanche 14 juillet 2019 - par Semeac Evasion VTT

14 Juillet 2019


Jour de récup ?

Le coach Philippe réunit ses troupes, pour dit-il une sortie de reprise. Nous sommes 6 à prendre la direction d'Orleix, très vite la pédalée aérienne du coach nous parait suspecte et nous constatons qu'il à oublié son sac sur le lieux du départ, ce sera pour lui un aller-retour dans l'urgence pour récupérer son lest. Le passage par le chemin "Anérot" même sur terrain sec nous tire les premières gouttes de sueur et nous attaquons en suivant le plateau d'Orleix. Une pointe de difficulté est ajoutée en une piste herbeuse et pentue  pour atteindre le terrain de foot de Dours. Le regroupement en haut de la côte de Soréac provoque une sudation importante. Pour éviter de descendre à Louit le coach insiste pour nous faire découvrir une piste "à la Philippe" faite de courtes montées sèches dans un sentier étroit. Les hautes herbes peuvent cacher des trous, elles peuvent aussi amortir les chutes de qui y met la roue, ce fut mon cas. Cette sortie de reprise n'avait rien d'une simple promenade sous une chaleur étouffante, le gué de la reinette était sec, nos gosiers aussi, seulement étanchés aux portes de Séméac par les bons soins du coach.

                            SM


 https://www.openrunner.com/r/10234557

Publié le 15/07/2019 @ 21:21  Prévisualiser  Imprimer l'article

Une chevauchée cévenole - par Semeac Evasion -Montagne

UNE CHEVAUCHEE CEVENOLE

    Ce lundi 8 juillet, c’est donc treize cavaliers qui piquent des étriers pour une longue chevauchée  vers les Cévennes, le pays de la bête du Gévaudan. Pas de fringants purs sangs pour montures mais de fidèles et confortable chevaux-vapeurs. En randonneurs aguerris, ils ont envoyé en éclaireurs quatre des leurs au col de FINIELS avec, pour mission, de renseigner la troupe sur la météo, la température et le stockage de quelques boissons fraîches. Sylvie, Amélie, Pierre et Jean Pierre sont ces éclaireurs, Mimi, Sylvie 2, Pascale, Fanfan, Thérèse, Yvette, Christian, Michel et Gérard (c’est moi) formons le reste de la troupe.

    Pris dans les embouteillages toulousains, nous ne pourrons pas honorer notre rendez-vous au col de FINIELS pour la collation de midi, c’est donc en cours de route que nous faisons une halte pour nous restaurer, sans soucis pour nos montures modernes qui broutent leur énergie dans leurs réservoirs. Encore beaucoup de kilomètres et nous retrouvons nos éclaireurs.

    Enfin réunis, nous partons à l’assaut du mont FINIELS, point culminant des monts LOZERE. C’est une modeste taupinière, à peine plus haute que notre PAYOLLE pyrénéen. Après une heure de montée et 250 m de dénivelé, nous foulons ce sommet, immense, désertique, un peu surprenant. Si, dans nos Pyrénées, nous avons parfois des difficultés à poser nos fessiers sur la pointe d’un sommet, ce n’est pas le cas ici. Espace infini et vue panoramique immenses.

    Une courte descente, et nos chevaux-vapeurs nous amènent au camping du VAL DES CEVENNES. Routine habituelle : apéro monstre,  bon repas et dodo, bon pour les uns, léger pour les autres. Quelques gouttes tombent, juste ce qu’il faut pour plaquer au sol la poussière des allées.

    Mardi 9 juillet, la journée débute par un copieux petit déjeuner. Ah qu’elles sont agréables ces collations matinales avec pain frais, croissants et confitures souvent faites à la maison. Aujourd’hui, nos chevaux vapeur exigent leur pitance et c’est avec du SP 95, 98 ou gas-oil que nous apaisons leur faim avant de partir vagabonder dans FLORAC charmante petite bourgade avec ses ruelles, son château, son point de vue et son départ du sentier des 4000 marches que nous prendrons demain, sans oublier bien entendu ses magasins. En fin de matinée et par la route, nous rendons visite au Mont Aigoual, importante station météo nationale. Arbres rabougris et torturés, herbe rase, tout ici marque la présence de vents violents et il n’est qu’à regarder l’orientation des branches des arbres  pour savoir d’où ils viennent. Curieusement aujourd’hui, c’est une brise légère qui rafraichit les ardeurs du soleil.  Dans la robuste bâtisse abritant les services météo, un éminent spécialiste nous explique les mystères des prévisions météo. Pur hasard, ce mardi, l’écran radar nous montre que nos amis tarbais affrontent des déluges d’eau. Puis nous descendons sur le village de Valleraugue où nous attendent de confortables bungalows. Journée plutôt cool. Alors ces dames peu fatiguées libèrent leur trop plein d’énergie  sur le campement des  pauvres hommes plutôt paisibles.

    Mercredi10 juillet. C’est pour aujourd’hui la grande chevauchée, la montée au mont Aigoual mais en laissant cette fois-ci nos chevaux à l’écurie. C’est une montée de 1200 m qui nous attend. Motivation est le maitre mot de la journée. Facile pour les plus rapides, moins pour les plus lents. Dès le départ, nous comprenons vite ce qui nous attend. Ceux qui ont tracé le sentier n’étaient pas des fainéants. Bien caché dans des châtaigneraies sombres ou  dans des paysages plus dénudés mais toujours sauvages, il nous hisse au sommet de l’Aigoual en un peu plus de trois heures pour les uns, quatre heures pour les derniers. Ce n’est pas mal. Nous y retrouvons Yvette et Amélie qui sont montées avec les chevaux-vapeur. Connaissant déjà le lieu, nous ne restons pas longtemps au sommet. Mimi fatiguée et moi pour mon grand âge, profitons des chevaux et de la route pour opérer une descente cool avec Yvette. Amélie, se sentant des fourmis dans les jambes, se joint au reste du groupe pour descendre à pied. Bravo pour son courage.  Les bungalows  de Valleraugue nous abriterons pour une seconde nuit. Les femmes, un peu plus fatiguées que la veille resteront calmes.

   Jeudi 11 juillet Après une si rude journée, les jambes sont lourdes mais la chevauchée n’est pas terminée. Le beau programme établi par Mimi, consacre  notre journée à la visite du cirque de NAVACELLES. Sous un soleil de plomb, nous partons donc pour le belvédère de BLANDAS. Quelques pas et nous voilà sur les crêtes de cet immense cratère naturel. La vue est impressionnante. Tout au fond, quelques maisons, c’est NAVACELLES à qui nous allons rendre visite. D’abord par un bout de route goudronnée, puis par un sentier raide et caillouteux, nous descendons dans le trou. Curieuse randonnée qui débute par une descente de 300 m. Ce que nous descendons allègrement et avec entrain ce matin, nous devrons le remonter ce soir.

         Nous arrivons vite au village. C’est un endroit merveilleux : une rivière : la VIS et son pont antique, de l’ombre, de la verdure et un grand silence, le paradis après cette marche sous un soleil toujours aussi ardent. Nous poursuivons notre  marche  par un sentier tantôt  ombragé, tantôt sur des roches brulantes, qui suit les berges de la VIS jusqu’aux moulins en ruine de LA FOUX. Les roues tournaient autrefois grâce aux eaux d’une curieuse résurgence de la VIS. Le débit abondant de la rivière apporte une fraicheur que nous savourons un long moment.

   Et vint le moment redouté : la remontée vers BLANDAS. D’abord un sentier en plein soleil puis quelques kilomètres sur un goudron surchauffé, nous ramènent au belvédère de BLANDAS . Quelques faiblesses apparaissent en cours de route. Heureusement Michel, de son pas de vaillant hussard, remonte au parking retrouver son destrier et galope au secours des défaillants. Autant dire que la bière fut appréciée ce soir là.

    De retour au camp situé ce soir-là à ALZON, nous fêtons joyeusement les anniversaires de Pascale et de Jean-Pierre.

    Vendredi 11 juillet  C’est la fin de cette belle chevauchée. Chacun repart de son coté, des images et des souvenirs plein la tête. Un peu de tristesse peut-être, pas trop car nous savons que nous allons bientôt nous retrouver dans nos Pyrénées.

   Merci Michelle pour la bonne organisation de cette semaine.

     G H

Publié le 15/07/2019 @ 20:05  Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Rubriques

FermerCyclo

FermerMONTAGNE

FermerMONTAGNE 1er novembre

FermerMontagne

FermerRALLIMIMI

FermerVTT

Fermermarche

Fermervie du club

Derniers billets
Archives
10-2019 Novembre 2019 12-2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

^ Haut ^